Désiré Nyaruhirira, chef de la mission de l’OIF : "Pourquoi nous sommes en Guinée…"

Guinée
Désiré NYARUHIRIRA, chef de la mission de l’OIF
Désiré NYARUHIRIRA, chef de la mission de l’OIF

CONAKRY-Arrivée mardi 1er mars 2022 à Conakry en provenance de Paris, la délégation de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’est entretenue ce mercredi 2 mars 2022 avec le chef de la diplomatie guinéenne. Dr Morissanda Kouyaté et Désiré NYARUHIRIRA, chef de la mission de l’OIF dépêchée par la secrétaire générale de cette organisation ont échangé près d’une demie heure. Sur quoi les échanges ont-ils porté ? Quel est l’objet de la visite de l’OIF en Guinée ? Interrogé, le conseiller spécial de la secrétaire générale de la francophonie Louise Mushikiwabo, a apporté des précisions.

« Lors de ma précédente visite, on s’est convenu que nous allons accompagner le processus de transition pour qu’il soit un processus réussi dans l’intérêt du peuple guinéen. Après on a continué à travailler ensemble, on a dit aux autorités ce que nous pouvons apporter dans ce processus de transition. Parce que la francophonie a une expérience indéniable. Les autorités guinéennes ont pris le temps de lire ce que nous proposons. Cette mission qui est envoyée par la secrétaire générale, c’est pour justement commencer le travail parce que les autorités guinéennes ont identifié des secteurs prioritaires du processus où on peut les accompagner. Dans mon équipe, il y a des experts qui sont venus et vont commencer à travailler » a expliqué le chef de la mission.

Sur quels secteurs spécifiques ces experts vont-t-ils apporter leur contribution ? Désiré NYARUHIRIRA explique que le processus de transition englobe beaucoup de secteurs. C’est pourquoi les experts de l’OIF venus avec lui, vont rester. « Les autorités vont leur dire ce qu’elles veulent…Nous sommes là pour assainir, travailler ensemble avec les autorités » a-t-il ajouté.

Nous n’avons aucune exigence

Contrairement à d’autres institutions internationales qui attendent de voir le calendrier de la transition pour annoncer leur soutien aux autorités guinéennes dans cette transition, la francophonie, elle, n’a aucune exigence.

« Nous sommes à l’écoute. Nous n’avons aucune exigence vis-à-vis des autorités. Nous sommes dans un processus de collaboration avec les autorités de transition, c’est comme ça l’épine dorsale de la Francophonie » a tranché Désiré NYARUHIRIRA.

Le ministre des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger a fait savoir que la Guinée « attend beaucoup de la francophonie dans ce processus de transition ».

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 610 02 09 39

Créé le Mercredi 02 mars 2022 à 14:00

TAGS