Préservation de l’environnement dans les zones minières à Boké : la Chambre des Mines de Guinée signe une convention avec la Délégation Générale de Québec

Mines

CONAKRY-Dans le cadre de la préservation de l’environnement et de la biodiversité dans les zones impactées par l’exploitation minière, la Chambre des Mines de Guinée (CMG) a signé une convention d’accord avec la Délégation Générale de Québec à Dakar (DGQK). La cérémonie s’est déroulée ce jeudi 17 février 2022, dans les locaux de la Chambre des Mines de Guinée, en présence de son président M. Ismaël Diakité, des responsables de la Chambre et de Mme Fatoumata Baldé Consule honoraire du Canada en Guinée.

Conduite par Iya Touré « Délégué général », la Délégation générale de Québec à Dakar venue pour la signature de cette convention, était accompagnée d’un certain nombre d’investisseurs canadiens québécois. Ledit accord a objectif d’appuyer financièrement le « Réseau environnement Bauxite entreprises » évoluant dans la région administrative de Boké et qui s’occupe essentiellement de la gestion des impacts environnementaux cumulatifs dans cette région hautement minière.

« Cet accord consiste à nous apporter des ressources financières importantes qui vont nous permettre de renforcer la capacité institutionnelle du réseau entreprise Boké et en même temps passer à l’action d’un certain nombre de projets, de sous-projets dans cette région. L’objectif est de minimiser où d’éviter les impacts environnementaux dans la région de Boké », a expliqué Ismaël Diakité.

Selon lui, le secteur minier guinéen est essentiellement dominé par des investisseurs étrangers. Tout comme la Guinée pays minier, le Canada, le Québec qui recèlent d’immenses ressources potentielles dans le domaine des mines.  Son expertise dans le domaine minier et les compétences mais également ses marchandises peuvent aider à moderniser le secteur minier guinéen dans ses différents volets, précise le président de la chambre des mines de Guinée.

« Il y a une aide du Québec vis-à-vis de la Guinée à travers la chambre des mines de Guinée qui va nous aider à donner un contenu de durabilité à l’exploitation minière en Guinée et surtout d’acceptabilité sociétale. En retour, les partenaires attendent de nous (CMG) un investissement important en ressources, en temps pour gérer les impacts. En plus, ils attendent de nous que nous contribuons à créer un environnement propice à l’arrivée d’investisseurs étrangers (Québécois, Canadiens) en Guinée pour accompagner le secteur minier guinéen dans sa modernité et sa redevabilité », a expliqué Ismaël Diakité. 

Le Délégué général de Québec à Dakar, Iya Touré a d’entrée rappelé, que c’est sa deuxième mission en Guinée. Lors de sa première mission, il avait assuré à l’époque que la Guinée est une priorité. Et à juste raison.  

« Cette fois-ci quand on a réfléchi sur qu’est-ce qu’on voulait faire immédiatement et concrètement, -ne connaissant pas très bien les structures qui sont place et surtout dans le secteur minier-, on a décidé de s’adresser à la chambre des mines. On a agréablement été surpris par les initiatives en cours, c’est la raison pour laquelle on s’est adressé à la Chambre des Mines de Guinée qui travaille déjà avec beaucoup d’ONGs un peu partout dans le pays. Pour nous c’est un choix qu’on devait se faire », a-t-il entamé.

A travers cet accord, c’est un long processus qui vient de commencer, poursuit M. Touré. En plus du secteur minier, les TIC, l’éducation, la formation technique et professionnelle sont en perspective dans le cadre de ce partenariat qui se veut riche et varié.

« Quelques acteurs miniers me parlaient déjà du manque de formation et des mains d’œuvres. Le Canada et le Québec se distinguent dans ça. Et c’est dans ces secteurs que le Canada et le Québec veulent s’investir. Les documents sont signés, le virement bancaire aussi a été fait. On va donner la chance aux bénéficiaires d’exécuter ce projet-là. Une fois qu’il est exécuté ou en cours d’exécution, notre travail à nous c’est de venir nous assurer que ça va être fait et que la contribution qu’on a faite a été utilisée en bon escient. C’est ce qui va nous aider à continuer à attirer d’autres » a ajouté le délégué Général.

Pour Mme Fatoumata Baldé, consule honoraire du Canada en Guinée, cet accord représente un premier pas pour les deux pays. « On cherche un engagement plus profond du Canada en Guinée, on commence comme ça et petit à petit les choses seront d’importance. J’étais heureuse de savoir qu’il y a un réseau environnement entreprises qui est là. C’est quelque chose de concret et très intéressant pour le Canada dans le sens où ça correspond à un axe prioritaire du Canada dans la question de l’environnement, de la protection du genre, et où la politique de féminisation y est effective. Je pense que les choses sont en adéquation », a-t-elle lancé, assurant qu’on va continuer à travailler ensemble pour une meilleure collaboration.

Bénéficiaire directe de cet accord de partenariat, Aïssatou Bobo Diallo, conseillère environnement à la CBG (compagnie des bauxites de Guinée) et présidente du Réseau Environnement Bauxite, a rappelé que leur plateforme réunit l’ensemble des compagnies minières de bauxite dans la région de Boké. 

Elle s’est fixée pour objectif, la gestion des impacts cumulés dans cette région au bénéfice des collectivités locales.  « La signature de cet accord est une grande ouverture, une grande portée pour le réseau parce qu’on ne peut pas travailler dans l’environnement sans l’appui des partenaires. C’est donc un début d’ouverture pour nous et qui va aider à la mise en œuvre de nos plans d’action », a-t-elle fait savoir.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 114

Créé le Vendredi 18 Février 2022 à 11:08

TAGS