Bah Oury : « la transition ne devra pas excéder 30 à 36 mois… »

Guinée
Bah Oury, leader de l'UDRG
Bah Oury, leader de l'UDRG

CONAKRY-Alors que le CNT (Conseil National de Transition) a été installé le 05 février, Bah Oury une des figures politiques importantes du pays vient d’exprimer sa position sur la durée de la Transition. Pour lui, celle-ci ne devra pas excéder 30 à 36 mois c’est à dire deux ans et demi à trois ans. Dans cette seconde et dernière partie de l’interview qu’il nous a accordée, le leader de l’UDRG s’est aussi exprimé sur d’autres sujets tels que l’émiettement de la classe politique, le recensement général de la population annoncé cette année.

 

AFRICAGUINEE.COM: Au plan national on constate que le paysage politique est en plein tourbillon. La CORED dont vous êtes membre fondateur a connu ces derniers temps des démissions en cascade. Qu’est ce qui ne va pas ?

BAH OURY : La chute inattendue du régime d’Alpha Condé a bouleversé le champ politique guinéen. Un certain attentisme a été observé jusqu’au moment où il a fallu déposer les dossiers des candidatures pour meubler le CNT avec seulement 15 places pour l’ensemble des 200 partis politiques agréés. D’où le branle-bas de combat au sein des coalitions politiques pour occuper les sièges. En fin de compte la publication de la composition du CNT où certains n’ont pas eu de siège à attiser les frustrations et les colères. En plus de cela, la mise en place du collectif des partis politiques (CPP) puis de son alter-égo le FPP et ensuite de l’UPP est une manifestation de la lutte pour la conquête du leadership au sein de la classe politique.

Comment expliquez-vous justement cet émiettement de la classe politique ?

La guerre des égos, les rivalités, les positionnements opportunistes et des lectures différentes de la feuille de route de la transition expliquent l’émiettement de la classe politique.

 « Certaines sirènes font entendre qu’il faut abréger la période transitoire pour faire vite les élections », avez-vous écrit dans une récente tribune. A qui faites-vous allusion ?

Tout le monde attend la fixation de la durée de la transition afin de donner plus de lisibilité sur les étapes essentielles de la feuille de route de la transition. Deux thèses s’affrontent. L’une d’elle ravale la transition à une simple opération technique pour organiser le processus électoral le plus rapidement possible entre 6 et 15 mois.  En ce qui nous concerne nous sommes pour une transition qui doit corriger les graves dysfonctionnements constatés durant ces 10 dernières années de pouvoir du Président Alpha Condé notamment en ce qui concerne le fichier électoral.

Ainsi, le recensement général de la population de l’intérieur du pays et de l’étranger dans un premier temps. De là une extraction pourra être faite pour obtenir le fichier électoral, voire même aussi le fichier d’Etat civil. C’est fondamental pour doter la Guinée des instruments pour changer profondément la gouvernance actuelle et future. Pour cela la transition ne devra pas excéder 30 à 36 mois. 

 « Rien n’est définitivement acquis et aussi rien n’est définitivement perdu ». Prudence ou scepticisme de la part de BAH Oury vis-à-vis du CNRD ?

C’est beaucoup plus un appel au courage, à la détermination et à la nécessité de faire preuve d’une farouche volonté pour changer la Guinée en mieux et d’être aussi vigilant pour ne pas perdre cette ultime opportunité qu’est cette période de transition. C’est notre devoir à nous tous. Ce n’est pas seulement une affaire du CNRD.  

Comment réagissez-vous aux propos de Mory Condé qui a déclaré que le recensement général de la population qui est annoncé cette année n’est nullement un enrôlement électoral ?

Dans un certain sens il a raison. Le recensement général de la population a pour objet la démographie, l’habitat, les catégories d’âge etc…Toutefois la digitalisation des données numériques et les questionnaires qui seront élaborés permettront l’extraction des fichiers essentiels du pays notamment le fichier d’identification national, le fichier électoral et aussi le fichier national de l’Etat civil.  En plus la délivrance gratuite des cartes d’identité nationale digitalisée pour tous les citoyens permettra à la Guinée d’être gagnante en faisant un bond en avant.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 07 Février 2022 à 8:02