Air Guinée, Conté, Mamadou Sylla : Cellou Dalein Diallo dit ses vérités...

Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY-Souvent cité dans les dossiers d’audit d’Air Guinée, Cellou Dalein Diallo a voulu mettre un terme au « chantage ». Ce samedi 5 février 2022, l’ancien Premier ministre s’est dit très heureux du fait que ces dossiers aient été transférés à la CRIEF (cour de répression des infractions économiques). Mais le leader de l’UFDG ne se fait d’illusions. Pour lui, les raisons de l’exhumation de ces dossiers sont ailleurs.

 

« A chaque changement de régime, à l'approche de chaque échéance électorale, à cause du poids électoral de l'UFDG, à cause de la confiance qu'on a venant du peuple, ceux qui veulent disqualifier Cellou Dalein Diallo sortent des dossiers pour faire de l'intoxication et de la diffamation », a-t-il martelé, soutenant que c’est le poids électoral de son parti qui suscite de la jalousie et malheureusement de l'animosité venant de ceux qui cherchent à le nuire.

« Il n'y a rien contre moi et mes collaborateurs. Je ne suis pas un homme d'argent, je suis un homme d'honneur », insiste M. Diallo. L’ancien premier a adressé un message on ne peut clair au Colonel Mamadi Doumbouya pour éviter les erreurs du passé.

Dialogue

"La première erreur du passé a été de donner le pouvoir à quelqu'un qui n'a pas été élu. Alpha Condé n'a pas été élu en 2010. C'est pourquoi il a refusé de respecter les lois et les engagements. Il n'a pas voulu organiser les élections à bonne date car il savait qu'il n'était pas légitime. La deuxième erreur du passé est le manque de dialogue, vouloir s'enfermer quelque part et dire que tel est bon, tel mérite, tel ne mérite pas. Il faut donc que le Colonel Mamadi Doumbouya se rappelle de ces erreurs du passé pour les éviter. Je veux qu'il organise des élections libres et transparentes avec son équipe et qu'il rentre dans l'histoire et devenir le père de la démocratie », a-t-il lancé insistant sur la nécessité d’ouvrir un cadre de dialogue pour éviter les conflits.

« Il faut qu'il accepte d'ouvrir un cadre de dialogue entre le CNRD, les politiques, la société civile, le CNT pour décider ensemble de la transition. Nous sommes en période d'exception. Il n'y a pas de légitimité. Il faut qu'on dialogue pour trouver un consensus, prévenir les conflits et préserver la paix", averti le responsable politique, appelant ses partisans à la remobilisation.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 05 Février 2022 à 20:05