Quelles sont les conséquences de l’avortement ?

Santé

Un avortement peut subvenir pour plusieurs raisons. Bien que plusieurs pays aient légalisé l’avortement afin de permettre aux femmes de disposer librement de leur corps, cette pratique demeure un sujet tabou et continue à se faire clandestinement. De plus, bien qu’il existe aujourd’hui une multitude d’options médicamenteuses et chirurgicales pour un avortement sans risques, elle ne reste pas sans conséquences. Alors qu’elles sont les répercussions qu’un avortement peut avoir sur la santé de la femme en particulier ?

Qu’est-ce que l’avortement et quelles sont ses causes ?

L’avortement est l’interruption d’une grossesse ou la perte d’un embryon durant la période de gestation. Il peut être spontané, c’est-à-dire se produire sans avoir été provoqué. L’interruption d’une grossesse peut être volontaire et résulter du choix personnel de la future mère.

En cas de force majeure c’est-à-dire lorsque la grossesse présente un risque pour la santé de la mère, une Interruption Médicale de la Grossesse (IMG) peut être pratiqué. Aussi, le sentiment de peur, l’abandon par le partenaire, un viol… peuvent entraîner un recours à l’avortement. Mais cette pratique ne reste pas sans conséquences sur la santé de la femme.

Les conséquences d’ordre physiques

Quelle que soit la méthode d’interruption de grossesse choisie, l’avortement présente des risques et des conséquences qu’il est indispensable de connaître avant de se décider. Une interruption de grossesse sous l’effet des médicaments peuvent causer des vomissements, de la migraine, saignements. À la longue, elle peut entraîner des infections, des blessures, des saignements et une perturbation du cycle menstruel. Il faut souligner que Même sur  les sites de jeux de sexe en ligne, l’avortement est interdit.

En dehors de l’usage des médicaments, les avortements se font généralement par curetage ce qui présente plus de risques pour la femme surtout s’il est pratiqué de façon clandestine. En dehors des conséquences mentionnées un peu plus haut, la femme risque de présenter :

-          Une infection chronique pelvienne chronique

-          Une stérilité

-          Des problèmes lors des grossesses suivantes : fausses-couches, une augmentation des risques de grossesses extra-utérines, prématurées et de la mortalité périnatale de l’enfant

Les conséquences d’ordre psychologiques

Le choix de l’avortement est parfois un choix difficile pour certaines femmes. Cette expérience traumatisante peut avoir des impacts négatifs sur la santé mentale de la femme. En effet, quelques symptômes significatifs et similaires à ceux d’une dépression voire d’autres troubles d’ordres somatiques et psychosomatiques bien plus graves peuvent se présenter. Il s’agit d’un syndrome post-abortif qui peut se manifester par :

-          un sentiment persistant de culpabilité et de tristesse

-          un dégoût pour son corps, pour les hommes et la sexualité

-          L’anxiété, l’isolation, l’automutilation…

Il peut malheureusement présenter des conséquences beaucoup plus graves comme :

-          le suicide

-          une haine vis-à-vis de soi ou de son entourage en général et du père de l’enfant en particulier

-          l’addiction à l’alcool ou aux drogues…

Alors, il est indispensable qu’une femme ayant subi un avortement fasse l’objet d’une évaluation ou d'un suivi psychologique, voire psychiatrique, par des experts de la santé mentale. Et ce peu importe les raisons de son choix. Malheureusement l’accès aux soins psychologiques reste inaccessible dans certains pays pour qui l’avortement est un crime passible d’une peine de prison à perpétuité.

Créé le Mercredi 02 Février 2022 à 20:17