Mort de deux enfants après leur circoncision : La « cause » selon Pr. Hassane Bah…

Conakry
Pr Hassane Bah, chef du service médecine légale de l'hôpital Ignace Deen
Pr Hassane Bah, chef du service médecine légale de l'hôpital Ignace Deen

CONAKRY- L’affaire est presque sur toutes les lèvres. Une opération de circoncision a viré au drame dans un quartier de la haute banlieue de Conakry. Deux enfants sont décédés-dont un- au CHU d’Ignace Deen, après avoir été circoncis la semaine dernière, dans une clinique privée dans la banlieue sud de la capitale. Le troisième alité aux services de pédiatrie d’Ignace Deen, est dans un état grave.

Les enfants âgés entre 4 et 8 ans, ont été circoncis au quartier Kissosso dans la commune de Matoto. L’affaire suscite une vive indignation. Qu’est-ce qui est à l’origine de ces décès ? Comment ont-ils été reçu par les services de l’hôpital Ignace Deen ?

Africaguinee.com a interrogé Pr. Hassane Bah, chef du service de la médicine légale dudit hôpital.  Il explique que ces décès sont provoqués par une « infection » due à la « tétanos ».

Lire aussi-Un bébé de 2 mois meurt pendant la circoncision : " C'est un accident de travail…"

« Selon le père de famille, il a envoyé ses enfants chez un infirmier installé dans un quartier, qui a procédé à la circoncision de ces enfants avec le même instrument. Quelques jours après, les enfants ont développé une maladie qu’on appelle le tétanos qui est caractérisé par des contractures généralisées. Le diagnostic de la maladie a été facile pour les médecins. C’est une maladie infectieuse bactérienne qui a une période d’incubation de trois à dix jours. Ils ont été pris en charge par une équipe de la pédiatrie de l’hôpital Ignace Deen », explique le médecin.

Pr. Hassane Bah précise que le tétanos est une maladie qui a un taux de létalité très élevé qui va de 30 à 90% pour les personnes non vaccinées. « Elle peut entraîner la mort », précise le président de l’ordre national des médecins de Guinée.

« L’outil n’était pas stérile. Le bacille tétanique vit dans la terre. L’homme est infecté à travers une plaie provoquée par un instrument souillé. C’est certainement un couteau ou un outil souillé qui a été en contact avec la terre qui a été utilisé pour circoncire les trois enfants.  Ce qui a permis la transmission de cette bactérie chez les enfants qui ont développé la maladie de tétanos. Deux sont décédés, le troisième est dans un état grave », précise Pr. Hassane Bah.

Selon nos informations, l’infirmier qui a circoncis ces enfants a été arrêté et conduit au PM3 de Matam.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

 
Créé le Jeudi 04 novembre 2021 à 11:47