Conakry : Mamadi Doumbouya interpelé par des femmes sur un dossier sensible

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY- C’est un dossier sensible auquel le colonel Mamadi Doumbouya devra faire face. L’héritage dramatique laissé par le régime déchu à Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse. Le président de la transition guinéenne qui promet de « réconcilier » les guinéens et leur donner un nouvel « espoir », a été interpelé par des femmes victimes des casses intervenues en 2019 dans ces quartiers populeux de Conakry.

« Ceux qui, usant de la violence d’Etat, nous ont dépossédés de nos biens naviguent toujours dans les hautes sphères de l’administrions.  Pire, ils se moquettent de l’engagement des autorités décidées à faire la lumière sur la gouvernance passée. Ils sont décidés à vendre nos terres à des étrangers et d’autres Guinéens riches. La société ivoirienne IMAAG-HOLDING travaille sur le terrain sans inquiétude. Tous les jours, des camions et machines sont en mouvement », dénonce le collectif des femmes victimes de Kaporo-rails.

Elles estiment que c’est « inacceptable » de permettre à cette société de se « moquer » à leur douleur. « Nous demandons instamment aux autorités de mettre un terme à ces transactions, illégales et immorales. Si nous voulons la reconstruction d’une Guinée viable, la vérité et la justice doivent nous guider. Les autorités militaires ont l’obligation morale et légale de remédier aux problèmes créés par Ibrahima Kourouma sur instruction de son maître Alpha Condé », interpellent ces victimes.

Elles demandent à l’Etat de reconnaître les crimes commis à Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse et de mettre en place un plan de restitution et de dédommagement des propriétaires.  Selon ces femmes, les opérations de ventes illégales de nos terrains constituent une entreprise de fraude qui va enrichir des éléments de l’administration qui vont compliquer un dossier simple à régler.

"Les femmes de Kaporo-rails, Kipé 2 et Dimesse et leurs familles ont été victimes de toutes sortes d’humiliation par le régime d’Alpha Condé. Outre les démolitions de nos propriétés, nous avons été brutalisées, insultées et jetées dans la rue comme des étrangères. 3 mille 641 enfants de Kaporo-rails ont été privés de leurs droits dont celui d’aller à l’école. Nos vies ont été détruites. Des familles vivent de façon précaire dans Conakry, Coyah ou Dubréka. Le plus souvent, certaines d’entre nous sont séparées de nos enfants et de nos maris faute de moyens. Nous avons survécu depuis plus de deux ans dans une Guinée où le plus fort écrasait le plus faible", ont-elles déploré, avant d’interpeler le président de la transition.

« Nous venons interpeller publiquement le Président Mamadi Doumbouya, et lui signifier que nul n’a le droit d’être traité comme nous l’avons été.  Nous voudrions pour terminer rappeler que les victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse ont déposé un mémorandum au CNRD et ont sollicité une audience avec le Chef de l’Etat. Nous restons toujours dans l’attente d’une rencontre qui permettra au Président Doumbouya de mieux comprendre les injustices dont nous avons été l’objet », précise le collectif, espérant son mémorandum facilitera les démarches pour la réparation des injustices de Kaporo-Rails. 

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 23 octobre 2021 à 12:49