Elhadj Badru précise : « les récompenses sont nombreuses lorsqu’on célèbre le mawloud »

Guinée
Elhadj Mamadou Badrou Bah, premier imam de la mosquée de Labé
Elhadj Mamadou Badrou Bah, premier imam de la mosquée de Labé

LABE-Contrairement à Elhadj Mamadou Saliou Camara, le grand imam de Labé, ville religieuse située en moyenne Guinée, soutient que la célébration du Maouloud (anniversaire de naissance du prophète Mahomet PSL) a des bienfaits chez le musulman.  Elhadj Mamadou Badrou Bah, interrogé par Africaguinee.com, explique tout d’abord comment célébrer le Maouloud.

« Comment célébrer le maouloud ? Il faut aller à mosquée, lire le Saint Coran, faire le djikr (wird), faire des azkars (invocations) et des prières, parler du Prophète Muhammad (Paix et Salut sur Lui), prier sur lui, rappeler ses œuvres, faire des sacrifices, prêcher la bonne parole et encourager les fidèles à faire des bonnes œuvres », précise le chef religieux.

« Quand on fait tout ça pour l'amour de notre Prophète, on aura beaucoup de récompenses de la part de Dieu parce que Dieu aime qu’on l’adore comme ça, il aime qu’on l’adore en observant le jeun et faire des prières nocturnes (nafil). Même le Prophète Muhammad (Paix et Salut sur Lui) jeûnait pour célébrer sa naissance (son anniversaire). Donc, les récompenses sont nombreuses lorsqu’on fait le mawloud pour l’amour du prophète », explique-t-il.  

Alors que le grand imam de Conakry soutient que celui qui fait le mawloud n’aura pas de rétributions chez Allah à l’au-delà, Elhadj Badrou Bah souligne qu’il ne veut pas entrer dans des polémiques.

« Nous ne pouvons pas entrer dans une logique de polémique avec nos notables, nos érudits parce que ce n’est pas pour rien qu’on les choisi comme premier imam du pays. Mais nous disons simplement que nous avons hérité de cette pratique chez nos aïeux qui ont célébré le mawloud pendant des centenaires…", précise-t-il.

Lire aussi-Elhadj Badrou : "Ce que je pense de l'interdiction du Qiyam Layl et du Laytoul qadr dans les mosquées…"

Les innovations (bid'a) dont on parle (en islam) elles ne sont interdites que lorsqu'elles sont illicites, explique le premier imam de Labé. "Si les innovations (bid'a) qui sont apportées dans l'islam sont halals (licites), elles sont bonnes pour les fidèles musulmans alors il faut les maintenir et les pratiquer. C’est même conseillé et encouragé. Le mawloud pousse les fidèles à adorer davantage Allah, prier sur son prophète.

Le Maouloud est célébré dans tous les pays musulmans du monde.  Donc, peut-être tous ceux-ci ne peuvent pas se tromper. Dans un de ses hadiths, le Prophète Muhammad (Paix et Salut sur Lui) a dit :  tout ce que les fidèles musulmans aiment, et décident de faire ensemble parce qu'ils estiment que c'est bon pour eux, alors chez Dieu aussi cela est bon et par contre si la majorité des musulmans trouvent qu'une chose est mauvaise alors chez Dieu également cela est mauvais.

Donc, nous pouvons conclure que célébrer le Maouloud est une bonne chose si on ne l'associe pas avec des pratiques illicites. Nos devanciers se sont basés sur le coran et la sunna pour célébrer le mawloud.

Mieux, à l’heure des nouvelles technologies de l'information et de la communication, on donne toutes sortes d'informations, avec la floraison des réseaux sociaux où on caricature même le Prophète, il est bon de se réunir pour parler du Prophète Muhammad (Paix et Salut sur Lui), pour donner à nos enfants des bonnes informations sur la vie du Prophète », souligne le grand imam de Labé.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 18 octobre 2021 à 1:57

TAGS