Michel Lamah interdit de rentrer à Conakry ? "On a reçu l’instruction..."

Guinée
Michel Lamah, conduisant le véhicule à bord duquel se trouvait Alpha Condé, renversé le 05 septembre 2021
Michel Lamah, conduisant le véhicule à bord duquel se trouvait Alpha Condé, renversé le 05 septembre 2021

GUECKEDOU-Le lieutenant Michel Lamah du groupement des forces spéciales (GFS) fait encore parler de lui. En partance pour Conakry, il a fait escale dans la ville martyr de Guéckedou ce mercredi 29 septembre 2021. L’annonce de l’arrivée de celui qui a piloté l’opération qui a renversé Alpha Condé le 5 septembre dernier dans cette ville de la Guinée forestière, a provoqué des mouvements de foule.

Qu’est-ce-qui s’est réellement passé ?

Selon un citoyen de Guéckedou joint par Africaguinee.com, Michel n’a pas fait de dégâts comme le prétendent certains.

’Vous savez quand il est rentré dans la ville, les gens ont appris la nouvelle de sa présence. Donc chacun a couru pour venir satisfaire sa curiosité, parce que les gens l’ont vu sur les réseaux sociaux et à la télé. Tout le monde a eu la curiosité de le voir étant donné qu’on apprend que c’est lui qui a arrêté Alpha Condé. Et hier c’était mercredi, le jour du marché. Donc les gens sont sortis nombreux pour l’ovationner et pour saluer sa bravoure’’, nous a confié un citoyen de la place.

Michel Lamah s’est rendu en forêt pour suivre des traitements. Cet agent des forces spéciales souffrirait d’une maladie mentale passagère. Durant son séjour en forêt, il a eu des altercations avec certaines personnes Macenta et à Nzérékoré. Même en cours de route, ce mercredi, il aurait agressé un chinois.

Alors qu’il était en route pour Conakry, ordre a été donné de le stopper à Guéckedou, et de le faire retourner à Nzérékoré.

« Il est arrivé hier ici en disant dit qu’il voulait partir à Conakry. Et nous, nous avons reçu l’instruction de ne pas le laisser passer et de le faire retourner. Il est venu au camp même, après discussion, lui-même il a pris son véhicule il s’est retourné à Nzérékoré. C’est lui-même qui a décidé sans contrainte ni rien.

Le commandant du bataillon autonome par intérim a dit qu’on va l’accompagner. Donc nous avons pris un pick-up pour l’accompagner. Dès qu’ils sont rentrés à Nzérékoré vers le soir, le chef de mission m’a appelé pour me dire qu’ils sont rentrés au camp », nous a confié une haute autorité militaire basée à Guéckedou.

Rumeur sur l’agression d’un chinois…

« Quand il est venu, il a trouvé les chinois en train de travailler. La route était barrée. Je ne sais pas ce qui s’est passé, on m’a dit qu’il a frappé un chinois. Je suis allé jusqu’à la base, pour sensibiliser les chinois. Mais j’ai demandé de me montrer le chinois qui a été frappé et blessé, on ne me l’a pas montré. J’ai tout fait je n’ai pas vu le chinois qu’ils disent avoir été frappé et blessé par Michel », a précisé notre source.

Dans la nuit du mardi 28 septembre 21, Michel Lamah avait eu quelques altercations avec les travailleurs de l’hôtel Diani situé au quartier Boma dans la commune urbaine de Nzérékoré, nous apprend-t-on. Au dire d’Abdoulaye Kolié, PDG de cet réceptif, son gardien et d’autres employés ont été frappés par ce jeune lieutenant après qu’on l’ait interdit d’avoir accès à l’intérieur de l’hôtel.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 30 septembre 2021 à 11:04