Foniké Mengué parle : « Nous demandons à être dédommagés… »

Guinée
Oumar Sylla Foniké Mengué
Oumar Sylla Foniké Mengué

CONAKRY-Figure emblématique de la lutte contre le troisième mandat d’Alpha Condé, Oumar Sylla dit Foniké Mengué vient de briser le silence, après le mea-culpa de certains magistrats guinéens, qui ont reconnu devant le colonel Doumbouya, avoir été téléguidés par l’ancien régime.

Ce responsable du FNDC qui a fait plus d’un an en détention exige un dédommagement de la part de l’Etat, de tous les anciens prisonniers politiques, condamnés à tort pour leurs opinions. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, il annonce une plainte contre le procureur de Dixinn, Sidy Souleymane Ndiaye et décrit les conditions dans lesquelles ils étaient détenus.

Serait-il intéressé par un poste ministériel dans le gouvernement de transition ? Oumar Sylla déclare que la réponse à cette question relève du FNDC, et que pour le moment, ce qui le préoccupe, c’est sa santé.

 

AFRICAGUINEE.COM : Comment avez-vous suivi le mea-culpa de certains magistrats guinéens devant le chef de la junte, Colonel Mamadi Doumbouya ?

OUMAR SYLLA « FONIKÉ MENGUE » : J'ai suivi les magistrats avec beaucoup d'amertume et cela m’a donné des pincements de cœur. Pour être franc, cela m'a fait trop mal. Je savais que les magistrats faisaient fausse route et je savais que j'étais carrément dans le déni de la justice mais je ne pouvais pas penser qu'ils (magistrats ndlr) pouvaient faire ce qu'ils ont fait lors de leur rencontre avec le président du CNRD. Ils ont fait leur mea-culpa en reconnaissant leur tort, en reconnaissant effectivement que c'est monsieur Alpha Condé qui téléguidait la justice et leur décision.

Cela m'a fait beaucoup mal quand on sait que les magistrats sont les fonctionnaires les plus payés en République de Guinée pour qu'ils soient indépendants, pour qu'ils disent le droit en tout temps et en tout lieu. Mais ils font tout le contraire puisqu'ils veulent garder les petits privilèges liés à leur fonction. Cela fait qu'ils ont peur de dire la vérité. Moi Fonikè Menguè et beaucoup d'autres citoyens croupissions en prison, certains faisaient une année d'autres plusieurs années, moi j'ai fait 16 mois tout ça parce que des magistrats ont voulu se faire plaire à un individu. 

Voulez-vous être dédommagés ?

Nous demandons naturellement que la justice soit faite. Nous demandons que ces magistrats qui ont reconnu leur tort soient jugés et condamnés à la hauteur de leur forfaiture. Nous demandons un dédommagement au niveau de l'Etat guinéen. Quand j'ai été libéré la dernière fois après 4 mois et 10 jours d'emprisonnement, à travers un de mes avocats j'ai porté plainte contre le procureur de Dixinn Sidy Souleymane N'diaye parce j'étais tout simplement acquitté. Il y avait deux dossiers d'accusations contre moi mais le juge Alphonse Charles Wright m'avait acquitté. Je savais qu'au temps d'Alpha Condé cette plainte n'allait pas prospérer.  Mais aujourd'hui comme le régime a changé, je vais continuer à suivre cette plainte. Je demanderai même que toutes les victimes, tous les anciens prisonniers politiques et d'opinions se mettent ensemble s'il faut en association pour porter plainte contre ces magistrats, pour demander un dédommagement à l'Etat guinéen parce l'Etat est une continuité.

C'est vrai que ce n'est pas ces nouvelles autorités qui nous avaient mis en prison mais c'était un Etat où Alpha Condé était à la tête. Aujourd'hui Alpha Condé n'est plus là mais la Guinée reste toujours là, mais l'Etat est là. Nous demandons un dédommagement aux nouvelles autorités. Tous ces prisonniers, que ce soit à Conakry jusqu'à l'intérieur du pays, doivent être dédommagés. 

Je pense qu'il sera même très bon que Colonel Doumbouya rencontre tous ces prisonniers politiques de monsieur Alpha Condé de la même façon dont il est en train de rencontrer les différentes corporations ne serait-ce que leur demander pardon au nom de l'Etat et penser aussi à les dédommager, sinon ce serait un péché qui va continuer à hanter notre pays. Certains sont morts en prison comme le cas de Roger Bamba, sa famille est là, je pense que dans ces rencontres Colonel Doumbouya doit dépêcher une équipe pour que la femme de Roger Bamba participe à ces rencontres. A part Roger Bamba, il y a d'autres qui sont morts en prison de Conakry jusqu'à l'intérieur du pays, leurs familles doivent participer à ces rencontres, certains sont tombés malade plusieurs fois. C'est vrai que nous qui étions un peu connus, quand on tombe malade, tout le monde est informé mais il y a des anonymes qui tombaient malade plusieurs fois, il était très difficile de les envoyer à l'hôpital.

En plus du pardon de l’Etat guinéen à combien devrait-on vous dédommager ?

Ça dépend. Ce n'est pas un problème d'argent. Si c’est l'argent qu'on voulait, on n'allait même pas mener le combat. Puisque monsieur Alpha Condé était prêt à nous donner beaucoup d'argent afin qu'on soit détourné du combat qu'on menait mais on a n'a pas accepté donc ce n'est pas pour l'argent. Nous voulons être dédommagé, l'Etat est mieux placé pour savoir dans de pareils cas qu'est-ce qu'il faut faire. Je connais l'histoire d'un prisonnier font sa femme l’a carrément quitté, il y a beaucoup de cas comme ça. Comment est-ce que tu peux prendre un père de famille, le mettre en prison parce qu'il ne pense pas comme toi, parce qu'il ne voit pas les choses de la même manière que toi, le mettre en prison parce qu'il est opposé à toi idéologiquement ? Il y a eu beaucoup d'injustice, je pense que l'Etat guinéen doit réparer tout ça. 

Allez-vous être à la tête du combat pour le recensement des prisonniers politiques ?

Je ne suis pas bien portant depuis que je suis sorti de prison. Je suis en train de m'arranger pour aller me faire soigner. Donc il est compliqué pour moi de se lancer dans certaines actions qui ne vont pas dans le sens de mon traitement. Il faut que je me soigne d'abord. Mais j'attire l'attention de mes camarades, mes anciens codétenus politiques, on a nos avocats ici qui peuvent faciliter cela. 

De quoi est-ce que vous souffrez ?

J'ai des problèmes au niveau du cœur. J'ai fait un mois 5 jours du côté de l'hôpital Ignace Deen, les médecins recommandent à ce que je voyage dans un pays développé en matière de la médecine. A part ça je souffrais des douleurs lombaires là aussi il y a des neurologues qui m'ont vu et ils demandent aussi que je fasse d'autres examens beaucoup plus approfondis. J'ai également des maux d'yeux parce qu'en prison on est exposé à toute sorte des maladies.

On peut avoir une cellule où il y a 70 personnes, vous utilisez les mêmes toilettes, surtout à cause de la promiscuité entre les détenus, on peut tomber malade facilement. C'est ce qui fait qu'en prison tout le monde était malade. On peut choper des maladies en prison qui ne seront pas détectées directement mais tôt ou tard ces maladies vont se révéler. C'est pourquoi, il faut savoir que tous ceux qui ont fait la prison sont malades. 

Est-ce qu'aujourd'hui si on vous propose un poste ministériel dans le gouvernement de transition vous allez accepter ?

C'est une question que seul le FNDC peut répondre. Fonikè Menguè est membre du FNDC donc c'est au FNDC de répondre à cette question. En ce moment les camarades travaillent, moi je n'ai pas repris les activités parce que je ne suis pas bien portant. Il faut que je me soigne d'abord. Je suis en train de prendre les médicaments qu'on m’a donné à l'hôpital Ignace Deen en attendant que je puisse voyager pour aller me soigner. Donc je ne suis pas imprégné de beaucoup de choses, ce sont des questions que mes camarades au sein de la coordination nationale du FNDC sont en train de traiter.  Donc dans les jours à venir vous serez situés sur la position du FNDC par rapport à toutes ces questions. 

Quel conseil avez-vous à donner à la junte qui a renversé Alpha Condé ?

Je veux que le colonel Doumbouya soit vigilant. Qu'il s'entoure de bonnes personnes, des personnes qui peuvent lui dire la vérité quelle qu'en soit la situation. D'être surtout à l'écoute du peuple. J'aimerais par endroit qu'ils incarnent des valeurs incarnées autrefois par Jerry Rawlins du Ghana. Il faut qu'ils soient patriotes, républicains, qu'ils mettent l'intérêt de la Guinée au-dessus tout intérêt partisane. Il (Colonel Mamadi Doumbouya ndlr) a une grande mission à accomplir, c'est tout le peuple de la Guinée qui le regarde, il doit savoir que la responsabilité est immense.

Déjà, il est dans l'histoire parce qu'il a libéré le peuple de la dictature. On connaît un peu la Guinée, là où il est comme ça, il y a beaucoup qui vont commencer à venir le voir, le démarcher et parmi ces gens, il y a des mauvais conseillers qui ne l'aiment pas et qui n'aiment pas la Guinée, tout ce qui les intéresse c'est leurs intérêts. Donc il doit faire très attention. 

 

Entretien réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Dimanche 26 septembre 2021 à 13:05