Le "coup de sang" de Mara Aicha depuis Yaoundé : "On est dégoutée..."

Afrobaskett women’s 2021
Aicha Mara en maillot blanc, tenant le ballon
Aicha Mara en maillot blanc, tenant le ballon

YAOUNDE- C’est la ‘’galère’’ pour les basketteuses guinéennes du côté de la capitale camerounaise ! Parti pour défendre le tricolore national à la Coupe d’Afrique des Nations de leur série, le syli basket féminin souffle le chaud et le froid depuis son élimination aux Huitièmes de finales l’Afrobasket women’s 2021.

Dans une interview exclusive accordée à Africaguinee.com, Aicha Mara, ailière forte de cette équipe, nous retrace la souffrance dans laquelle ses coéquipières et elles sont engluées. Cette sociétaire de ‘’Sainte Savine en Nationale 1’’ en France est aussi revenue sur ce qu’elle qualifie de manque de sérieux de la part de la Fédération Guinéenne de Basket Ball (FGBB) et des autorités sportives du pays. Elle a poussé un véritable coup de colère.

 

AFRICAGUINEE.COM : La Guinée est éliminée de l’Afrobasket women’s 2021. Qu’est-ce qui explique cette contreperformance ?

AICHA MARA : Dans un premier temps, on a été invité à la toute dernière minute. La FIBA Afrique nous a invité un peu plus de semaines avant le début de la compétition. Donc, on n’a pas eu le temps de nous préparer dans l’organisation, mais aussi de volontaires pour pouvoir nous accompagner et nous aider. La compétition a débuté le samedi 19 Septembre, on avait un match à 11 heures contre le Sénégal et nous avons reçu nos billets à Paris en direction de Yaoundé, le mercredi d’avant et nous n’avons bougé que le lendemain Jeudi. D’autres filles ont raté leur vol et elles sont arrivées Vendredi.  C’est-à-dire la veille du match à 2 heures du matin pour jouer à 11 heures.

Aux dernières nouvelles, après votre élimination du tournoi, vous êtes toujours bloquées au Cameroun. Que se passe-t-il ?

Ça ne se passe pas forcement bien avec le manque d’organisation de la Fédération Guinéenne de Basket, son manque de sérieux et de compétence des personnes qui y sont.

Quelles est la situation qui prévaut en ce moment à Yaoundé ?

Nous sommes dans des difficultés sur tous les plans. Les personnes qui ont réservé nos billets ont réservé le retour pour le 27 septembre. Du coup, comme on a été éliminée, nous devrions rentrer plus tôt. Pour certaines qui sont à Dakar, elles devraient rester jusqu’au 29 septembre et pour nous qui sommes en France et aux Etats-Unis, normalement nous devrions partir demain mais on n’a pas de nouvelles et on ne sait pas quand est-ce que nous devons partir. Nous devions rentrer directement après que la compétition soit terminée pour nous. Dans nos clubs respectifs le championnat a repris et nous sommes en train de rater des matchs de compétition et nous allons en rater encore. Pour mon cas, arrivée en France, nous avons 7 jours d’isolement à cause du Covid -19.

Comment alors vous faites pour vous prendre en charge du point de vue nourriture etc ?

 L’hôtel dans lequel nous sommes est pris en charge par le pays organisateur qui est le Cameroun. Mais franchement il faut se le dire, nous sommes dans un Hôtel assez médiocre et la nourriture n’est pas tellement bonne.  Nous sommes d’ailleurs logées dans le même réceptif que le Sénégal et l’Égypte. Nous sommes toutes malades à cause d’intoxications alimentaires. Les Sénégalais ont pris leurs dispositions, ils ont quelqu’un qui leur amène à manger, donc ils ne mangent plus trop à l’Hôtel, quant à l’Egypte, elle a demandé à son ambassade basée au Cameroun de leur fournir des repas. Nous sommes donc les seules à devoir manger à l’Hôtel. Toute l’équipe est malade (…), notre médecin nous a proposé de ne pas manger de la viande et du poisson en pensant que les bactéries venaient de là. Mais finalement on ne sait pas.

Du coup, on ne nous remplace pas les repas qu’on nous retire. Donc on ne mange pratiquement pas. Pour ma part, j’ai été obligée de contacter quelqu’un qui connait du monde à Yaoundé pour qu’il puisse nous aider à avoir des repas à manger pour ne pas qu’on reste le ventre vide au moins.

Quelle a été alors la réaction de la FGBB ?

La fédération ne fait strictement rien pour nous donner à manger alors qu’on se plaint qu’on a faim. Ils n’ont pratiquement rien fait pour nous soulager. Ce qui est effarant, c’est l’attitude des autorités sportives du pays. Le secrétaire général de la Fédération Guinéenne de Basketball, demande à mon club de payer à leur charge mon billet retour. Mon Club a envoyé un courrier à la FGBB, mais qui est resté sans réponse.

Vos primes ont-elles été payées ?

NON (…), je suis dans cette équipe depuis 2017 et nous n’avons jamais reçu de primes. Apparemment, c’est rentrer en vigueur depuis quelques mois et on n’a pas reçu de primes de participation ni de qualification. D’ailleurs les deux fois qu’on a participé, c’est sur invitation (…), nous sommes dans une zone assez relevée avec le Sénégal ou le Mali.

Votre appel à l’endroit de votre fédération ?

Toutes les filles sont dégoutées et n’ont d’ailleurs plus envie de continuer l’aventure avec l’équipe nationale. On a bien peur que l’équipe nationale de Basket s’éteigne à jamais. Personne ne veut plus en entendre parler et même les filles qui sont à leur première expérience ne veulent plus revenir parce qu’elles ont vécu de très mauvaises expériences par rapport au côté sportif et humain aussi.

 

Entretien réalisé par BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Jeudi 23 septembre 2021 à 17:59