Transition : Mamadi Doumbouya n’est pas du tout « pressé »…

Guinée
Colonel Mamdi Doumbouya
Colonel Mamdi Doumbouya

CONAKRY-Alors que le débat sur la durée de transition fait rage, le colonel Mamadi Doumbouya, qui a renversé Alpha Condé, le 05 sept.-21, ne semble pas du tout être pressé.

Le président du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement) ne cesse de le répéter au gré de ses sorties, citation : « nous n'allons pas colmater les brèches ou bricoler. Nous venons pour refonder ». Des propos qui en disent long sur ses intentions. 

Deux semaines après le putsch, ni la composition du CNRD, ni l’organigramme du gouvernement de transition ou encore la durée de celle-ci, n’est connu. A propos de la composition de la junte, en dehors de son porte-parole, le colonel Amara Camara, qui est connu, on voit simplement des têtes graviter autour du colonel DOUMBOUYA, avec de simples titres « membre du CNRD ».

L’on ne sait pas encore qui est qui, qui fait quoi. Or l’attente commence à devenir longue chez les guinéens. D’autant que samedi dernier, lors d’un point de presse, le premier d’ailleurs de la junte, le CNRD avait annoncé qu’une communication allait être faite sur sa composition. Mais depuis rien. Cette situation alimente toutes sortes de spéculations voire même d’interrogations, dans la cité.

Les concertations nationales entamées le 14 sept.-21 et qui sont censées définir la feuille de route de la transition, se poursuivent. Mais l’on ne sait pas encore quand est-ce elles vont finir. Et encore que, même après la réception des mémorandums sollicités par la junte, combien de temps faudra-t-il pour les élaguer. Aucun calendrier n’est fixé, tandis que trois institutions républicaines qui avaient été dissoutes viennent d'être réhabilitées.

A propos toujours de ces concertations, le colonel Doumbouya qui a reçu mardi 21 septembre les magistrats a décliné ses attentes vis-à-vis de ces hommes de droit. 

"Dans le nouveau chapitre qui s'ouvre, votre implication sera plus que capitale. Qu'il s'agisse de l'adoption d'une nouvelle constitution ou du vaste chantier des réformes de la justice guinéenne. L'heure n'est plus aux débats doctrinaires mais plutôt aux réformes courageuses qui permettront dans un futur proche de doter notre pays d'un système judiciaire fort et indépendant. J'en appelle à l'orgueil et au sursaut patriotique de chacun et de tous. Faites table rase du passé, un élan de rassemblement sans précédent et envoyez-nous des propositions concrètes, ciblées, pertinentes et réalistes", a-t-il martelé.

La justice guinéenne plusieurs fois décriée doit dorénavant s'impliquer activement dans la consolidation de l'État de droit, de la bonne gouvernance, la promotion des principes démocratiques, le respect des droits humains de la lutte surtout contre l'impunité, a lancé le président du CNRD.

"C'est pourquoi, ensemble nous devons bâtir une justice indépendante, équitable, professionnelle, accessible, intègre et humaine, capable de rassurer la population, les investisseurs et lutter efficacement contre la corruption qui mine notre chère patrie".

Colonel Mamadi Doumbouya assure que le CNRD, mettra tout en œuvre pour assurer l'indépendance de la justice, la doter des infrastructures, des moyens qu'elle mérite, en fonction des moyens disponibles. 

"Je vous dis, refusez et ne cédez surtout pas ! Le gendarme, le policier enquête, la justice juge tout simplement. Mais quelquefois la pauvreté indigne. Donc sachez que nous allons dépersonnaliser la gestion de notre pays en mettant en place des institutions fortes.

Je vous rappelle encore une fois, nous n'allons pas colmater les brèches ou bricoler. Nous venons pour refonder en laissant à nos enfants, petits-enfants, un système capable de les unir et de les rassembler", a avancé le tombeur d'Alpha Condé. 

A suivre...

 

Africaguinee.com 

Créé le Mercredi 22 septembre 2021 à 14:17