Administration Guinéenne : une décision du Colonel Doumbouya fait des "grincements de dents"…

Guinée
Colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD
Colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD

CONAKRY- Dans le cadre de la sécurisation des fonds de l’Etat, le colonel Mamady Doumbouya, avait décidé le 9 septembre 21 dernier « du gel temporaire des opérations de retrait sur les comptes bancaires », des établissements publics à caractère administratif et commercial existants dans tous les départements ministériels et à la présidence, les programmes et projets d’initiative présidentielle.

A ceux-ci s’ajoutaient également les membres du gouvernement sortant ainsi que les hauts fonctionnaires administrateurs et régies financières de l’État, toujours selon le communiqué du Comité National pour le Redressement et le Développement (Cnrd).

La Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), les banques primaires et les établissements financiers ont été chargés de l’application rigoureuse de cette décision. « Tout contrevenant sera tenu comme responsable et en subira toutes les conséquences », mettait en garde la note du CNRD.

Dix jours après l’entrée en vigueur de cette décision de la junte, saluée par certains dans l'opinion, les conséquences commencent à se faire ressentir sur fonds de grincements de dents. Outre la paralysie de l’administration, on risque d’enregistrer des retards de paiements dans certains services. Même le paiement des salaires de certains fonctionnaires risque d’être compromis. Un haut fonctionnaire interrogé par Africaguinee.com interpelle le CNRD sur le fait que les dépenses qui étaient en cours doivent continuer à être exécutées.

‘’Certes avec une situation d’exception comme celle-ci, la junte doit voir clairement ce qui se passe au niveau des finances. Ils ont tout à fait le droit de demander cela. A ce jour, nous sommes le 21 septembre (…) les secrétaires généraux doivent avoir le courage d’écrire une note de bien vouloir rencontrer la junte et de leur expliquer que les dépenses qui étaient en cours doivent continuer. Parce que ce sont des dépenses qui étaient prévues bien avant le coup d’Etat. Des protocoles et accords ont été signés sur le plan national et international. Maintenant, il y a des documents qui n’ont pas été signés encore sur les dépenses futures (…), celles-là doivent être stockées d’abord et en second lieu, il y a les salaires des fonctionnaires qu’il faut payer’’ a-t-il expliqué.

Cette mesure de gel, ne devrait pas impacter les autres dépenses puisque ce sont des charges salariales, explique un responsable des ressources humaines d’un EPA. ‘’ Nous sommes le 21 du mois, et les fonctionnaires doivent être en possession de leur salaire, sinon nous plongeons dans une crise après. De la crise économique, on risque d’aller à une crise sociale, ce qui pourrait soulever la population. Pour le moment, jusqu’à preuve de contraire nous n’avons aucune nouvelle (…). Or, normalement dès le 25 du mois les salaires sont disponibles dans les différents départements, ceci jusqu’au 30’’, a souligné notre interlocuteur.

L’autre ‘’conséquence’’ du gel des comptes bancaires est aussi le retard du payement de la pension des retraités. Pour le doyen Elhadj Ousmane Sylla, secrétaire général de l’association des retraités civilo-militaires et veuves de Guinée, qui s’est exprimé à notre micro, l’heure est grave.  Selon ce retraité, à date la pension du mois d’Août qui leur est dû n’a pas encore été payée.  

‘’Nous sommes le 21 septembre et jusqu’à présent, nous les retraités, nous n’avons pas perçu nos pensions du mois d’Aout. Nous nous demandons si c’est le Colonel Mamady Doumbouya qui refuse ou pas. Parmi nous, il a des civils, des militaires et des veuves. Et on ne sait plus à quel saint se vouer. Le président ne peut pas bloquer les salaires et les pensions, nous sommes des vieux (…), depuis le mois d’Août à aujourd’hui nous ne sommes pas payés, c’est très difficile pour nous’’, crie Elhadj Ousmane Sylla.

Il précise toutefois, qu’une lueur d’espoir se profilerait à l’horizon. « Ce matin, nous sommes allés voir la secrétaire générale du ministère des finances, elle nous a affirmé que notre dossier est parti au niveau du CNRD. Elle nous a rassuré quel que soit la situation que nous serons payés soit aujourd’hui ou demain’’ a-t-il dit.

Dossier à suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 21 septembre 2021 à 17:15