Guinée : Le syndicat expose une kyrielle de revendications au Colonel Doumbouya...

Guinée
Aboubacar Soumah, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'USTG
Aboubacar Soumah, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'USTG

CONAKRY- C’est un syndicat largement divisé qui a rencontré ce samedi 18 septembre 2021, le colonel Mamady Doumbouya, dans le cadre des concertations nationales en cours au palais du peuple.

Signe évident de cette division qui fragilise la défense de la classe ouvrière, le groupe d’Aboubacar Soumah et celui d’Abdoulaye Sow ont failli à en venir aux mains au palais du peuple, bien avant la rencontre. Un spectacle « honteux » qui montre à quel point le monde syndical a du mal à s’entendre.

Toutefois, cet incident n’a pas empêché les leaders syndicaux de rencontrer le président du CNRD, qui dans son discours n’a pas manqué de déplorer cette division qui mine le monde syndical guinéen.

A cette occasion donc, les syndicalistes ont exposé au colonel Doumbouya une kyrielle de revendications allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.

« Nous avons porté le message des travailleurs du secteur formel et informel, à savoir : le relèvement du SMIG (salaire minimum individuel garanti), le relèvement des salaires et le relèvement des pensions. Nous avons aussi évoqué l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants (…) nous avons demandé la redynamisation des centres de formation continue. En retour, le président nous demandé de nous unir pour rédiger un mémo à lui transmettre », a déclaré Aboubacar Soumah, du SLECG (syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée).

Amadou Diallo, secrétaire général de la CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée) a martelé que le colonel Doumbouya a demandé au mouvement syndical à aller dans une unité d’action dans l’intérêt des travailleurs et travailleuses de Guinée.

« Nous souscrivons à cela, parce qu’unis et solidaires nous devenons forts, désunis, on ne pourra rien faire. Nous allons nous concerter pour retrouver cette unité. A notre niveau, on a mis en exergue le problème de SMIG, nous lui avons dit que 440.000 GNF ne peuvent pas faire un salaire de base pour un travailleur nouvelle recruté », a déclaré le syndicaliste.

Abdoulaye Sow de l’USTG (union syndicale des travailleurs de Guinée) a évoqué la nécessité pour le mouvement syndical de se retrouver autour de la table pour échanger pour construire un syndicat uni. Il a aussi effleuré l’origine de la division, qui selon lui, est partie du paiement de la subvention de l’Etat.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

 
Créé le Samedi 18 septembre 2021 à 18:04