Mort d’un bébé prématuré à l'INSE : "Ce qui s’est réellement passé…", selon Dr. Ibrahima Sory

Conakry
Dr Ibrahima Sory Diallo, Directeur de l’Institut de Nutrition et de Santé pour l’Enfants (INSE)
Dr Ibrahima Sory Diallo, Directeur de l’Institut de Nutrition et de Santé pour l’Enfants (INSE)

CONAKRY-Dans la nuit du dimanche à lundi 30 août 2021, un bébé né prématuré a trouvé la mort dans des circonstances un peu floues, à l’Institut de Nutrition et de Santé pour Enfants (INSE), sis à l’hôpital Donka. Dans un post qui a eu un effet viral sur les réseaux sociaux, le père de l’enfant Jules K. Mami a dénoncé le manque de professionnalisme des médecins, mais aussi le manque de couveuses. Ce que dément les responsables de l’INSE. Qu’est-s’est réellement passé ? Africaguinee.com a recueilli les explications de Dr Ibrahima Sory Diallo, Directeur de l’Institut de Nutrition et de Santé pour l’Enfants (INSE).

« Ce nouveau-né, venu d’une clinique privée pour prématurité, né le 19-08-21 à 02h 55mn, reçu à 1heure de vie, a été hospitalisé à l’unité des urgences néonatales. Après l’examen clinique, le diagnostic de Prématurité avec une hypothermie de 35,1 degrés Celsius a été posé. L’hypothermie est l’une des complications de la prématurité. C’est un nouveau-né qui pesait 1.320 grammes avec une température de 35,1 degrés, cette température n’était pas favorable à l’enfant. C’est ainsi qu’on l’a mis sous la lampe chauffante. On a demandé des examens biologiques, ces examens n’ont pas montré des particularités. Mais vu que l’enfant était hypotherme, il avait une détresse respiratoire, on l’a ventilé, on l’a mis sous oxygène, on lui donné des antibiotiques, on l’a surveillé. Donc, du fait que le poids était faible et l’âge gestationnel était à 29 semaines, c’est un moins de 7 mois, on était obligé de garder l’enfant sous la lampe chauffante. On l’a alimenté avec du sérum glucosé 10%, on lui a donné la caféine pour le permettre de respirer correctement pour ne pas que le prématuré fasse une apnée. On l’a surveillé. 

Au cours de son hospitalisation, au quatrième jour, l’enfant a fait une complication qu’on appelle ictère du nouveau-né, c’est une coloration jaune des téguments chez le nouveau-né qui, si on ne la traite pas, elle entraine d’autres complications cérébrales. C’est ainsi que l’enfant a été mis dans cette lampe de photothérapie en raison de 4 heures par séance. Il devait avoir deux séances par jour, cela était suffisant comme c’est la méthode discontinue.

Vu qu’il y a des apnées qui revenaient souvent chez l’enfant et vu qu’il y avait cette immaturité pulmonaire, on était obligé de lui faire une réanimation en lui donnant de l’oxygène. On a continué à lui donner de l’oxygène, on a pu maintenir sa vie parce qu’il avait une saturation de 49% d’oxygène. Pour la survie d’un nouveau-né, il faut une saturation de plus de 85%. A la réception, il avait 60%, pendant l’hospitalisation il a desaturé jusqu’au 11ème jour, il avait 40% de saturation en oxygène, donc il avait beaucoup baissé et finalement on l’a perdu à J 11 d’hospitalisation dans un tableau de détresse respiratoire, sur un terrain de prématurité de 29 semaines d’âge gestationnel.

Lire aussi-Jules K. Mami : « Comment j’ai perdu mon enfant à l’INSE de Donka… »

Nous avons présenté les condoléances à la famille endeuillée et nous continuons de le faire. Malheureusement, on a vu sur les réseaux sociaux que l’enfant est mort par manque de couveuses. Je précise que ce n’est pas par manque de couveuse, cet enfant n’avait pas besoin d’une couveuse pendant cette période de traitement de l’ictère, il avait besoin plutôt d’une photothérapie pour la lutte contre l’ictère chez le nouveau-né. Il avait dépassé le problème de couveuse, il était à un traitement contre l‘ictère. Il faut rappeler que nous n’avons que deux appareils de photothérapie. Nous devons attendre la fin de la rénovation. Dans deux mois, bientôt les équipements seront disponibles. Selon ce qu’on nous apprend cette rénovation durera six mois. Mais seulement pendant cette période, il faudrait qu’on ait du matériel pour pouvoir sauver d’autres enfants. 

Nous sommes vraiment attristés de la perte de cet enfant, nous présentons toutes nos condoléances à la famille et d’autres familles qui ont perdu leurs bébés à l’INSE. Nous sommes un service de référence, parce que nous sommes le seul service qui prenons en charge les nouveau-nés avec complications venant des quatre régions naturelles du pays.

A l’heure (22h) où je vous parle je suis encore à l’hôpital. Nous avons 60 nouveau-nés dont 20 prématurés. Tous ces 20 sont hospitalisés sous oxygène, certains ont besoin de la couveuse parce qu’ils ont une température inférieure à 37 degrés. D’autres avec la méthode de contact peau-à-peau ça suffit largement pour maintenir la température, donc nous nous battons pour essayer de les sauver davantage mais, les conditions de travail sont parfois très difficiles. Les populations sont demandeurs et l’offre est inférieur à la demande, mais nous nous battons. Nous remercions la Fondation Orange Guinée de nous avoir offert 03 couveuses neuves que nous utilisons actuellement ».

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664 72 76 28

Créé le Jeudi 02 septembre 2021 à 15:20

TAGS