Tueries du 28 septembre : Les victimes réclament le procès de Dadis et cie…

Guinée
Moussa Dadis Camara en compagnie de Pivi, Toumba Diakité, image d'archive
Moussa Dadis Camara en compagnie de Pivi, Toumba Diakité, image d'archive

CONAKRY-Douze ans après le massacre du 28 septembre 2009, les victimes sont toujours dans l’atteinte d’un procès. Le décès du Général Mamadouba Toto Camara, l’un des inculpés, relance le débat sur la lenteur de la procédure judiciaire dans ce dossier. Si le procès a toujours du mal à démarrer alors que l’instruction est close depuis 2017, c’est par manque de volonté du Gouvernement, accusent les victimes.

« Cela devient vraiment compliqué pour nous parce que depuis 12 ans, nous continuons de revendiquer justice pour les victimes du massacre du 28 septembre, on ne l’a pas encore obtenue. L’instruction a été clôturée depuis décembre 2017. Malheureusement, rien n’a été fait pour la tenue du procès. Il y a aussi des victimes qui sont en train de mourir et beaucoup d’entre sont malades. On fait face à un manque de volonté du Gouvernement d’organiser le procès. Si cela continue comme ça, on ne sait plus qu’est-ce qu’il faut faire », martèle Mme Asmaou Diallo présidente de l’association des victimes du 28 septembre.

Selon les conclusions d'une enquête de l'ONU, plus de 150 personnes avaient été tuées le 28 septembre 2009 dans le stade éponyme, une centaine de femmes violées et des milliers de blessés dans la répression sanglante d'une manifestation de l'opposition qui protestait contre une éventuelle candidature de Moussa Dadis Camara, à la présidentielle de 2010.

« Nous prions pour le repos de l'âme des disparus et du côté des victimes et du côté des inculpés et nous continuons de réclamer justice. Nous tenons à ce que ce procès se tienne. Il faudrait absolument que le Gouvernement puisse se remuer maintenant pour aider la Guinée. Là où on en est, ce n’est pas pour les victimes ou les inculpés seulement, c’est le peuple de Guinée qui souffre à cause de cette tache noire. Il faudrait qu’il y ait un procès avec Moussa Dadis Camara pour que la Guinée puisse retrouver une vie normale », réclame la victime.

Ministre de la sécurité au moment des faits, à l’instar de Moussa Dadis Camara, chef de la junte au pouvoir à l’époque, le général Mamadouba Toto Camara était l’un des officiers supérieurs inculpés dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009. Mais ce lundi 23 août, il a passé l'arme à gauche.

Dossier à suivre…

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 0

Créé le Mardi 24 août 2021 à 19:48