Ebola : La réponse ferme d'Abidjan après les doutes émis par Conakry…

Côte d'Ivoire
Les ministres de la Sécurité, général Diomandé Vagondo et de la Santé, Pierre Dimba N'Gou
Les ministres de la Sécurité, général Diomandé Vagondo et de la Santé, Pierre Dimba N'Gou

CONAKRY-La polémique enfle entre Conakry et Abidjan, autour du cas d'Ebola signalé dans la capitale ivoirienne le 12 août 21. A l'origine de la controverse ? Le doute jeté surles résultats cliniques de la jeune malade par les autorités sanitaires guinéennes qui demandent une nouvelle analyse. Alors que Conakry soulève des interrogations sur les résultats, Abidjan lève tout doute.

"Il y a eu des investigations menées en Côte d'Ivoire et en Guinée, nous avons les rapports préliminaires des deux investigations. Mais à l'analyse des deux rapports, il y a eu beaucoup de questions qu'on s'était posé : la préfecture de Labé n'a jamais enregistré de cas d'Ebola durant les trois épidémies de la Guinée, en plus aucun de ses contacts n'a développé de signes jusqu'à maintenant. Nos équipes déployées en Côte d'Ivoire n'ont pas pu avoir accès à notre sœur qui a été isolé. Ce refus a augmenté notre niveau de réserve", a relevé le Dr. Sakoba Keita.

Du berger à la bergère, les autorités sanitaires de la Côte d'Ivoire répliquent en martelant qu'il n'y a pas de doute. "On n peut pas se tromper", tranche Serge Eholié. Et le porte-parole du ministère de la santé d'insister :

"Les autorités guinéennes doutent du diagnostic clinique, moi je ne doute pas de mon analyse, je suis infectiologue et clinicien, on ne peut pas se tromper dans la présentation clinique“, a-t-il déclaré à l’AFP.

Serge Eholié a précisé que la malade a tous les symptômes “détectés lors de l’épidémie qui a frappé la Guinée, le Liberia, et la Sierra Leone de 2013 à 2015".

Sur un autre front, les ministres ivoirien de la Sécurité et de la santé se sont rendus à Ouaninou, la ville par laquelle la jeune guinéenne a transité avant d'arriver à Abidjan. Les consignes données sont fermes. Renforcer le dispositif sécuritaire et sanitaire, mais aussi demander la coopération des populations. La frontière quant à elle reste fermée. C'est désormais officiel. 

A suivre...

 

Africaguinee.com

Créé le Vendredi 20 août 2021 à 10:48

TAGS