Guinée : Dr Mohamed Diané "tape du poing" sur la table…

Guinée
Dr Mohamed Diané, ministre d'Etat à la Défense
Dr Mohamed Diané, ministre d'Etat à la Défense

CONAKRY-Le ministre de la Défense a tapé du poing sur la table face à la non-application des consignes relatives aux barrages routiers. Ce mercredi 28 juil.-21, le ministre d'Etat Dr Mohamed Diané a dépêché ses services sur le terrain pour constater et d'insister de nouveau sur le respect strict des consignes données. La mission de défense s'est rendue aux barrages filtrants de Bawa (Conakry-Boké), Bangouya (Conakry-Kindia), KM66 (Conakry-Forécariah), a appris Africaguinee.com.

"Des informations nous ont été remontées comme quoi les consignes n'ont visiblement pas été respectées. Du coup le ministre de la Défense a demandé à ses services de se déployer sur le terrain pour marteler de nouveau les consignes (…), indiquer les barrages officiels et surtout préciser leur raison d'être. Car ces barrages ne sont pas là pour racketter les citoyens. Ils sont là pour la sécurité du territoire et pour la sécurité des voyageurs", a précisé Aladji Cellou Camara, porte-parole du ministère de la Défense, interrogé par Africaguinee.com.

Pour favoriser la libre circulation des personnes et de leurs biens, les ministères de la Défense, Sécurité, Transport ont planché, il y a quelques semaines, sur des mesures à prendre. Désormais tout agent (policier, gendarme, militaire) pris en train de rançonner, arnaquer un voyageur au niveau des barrages sera puni par la radiation et sera poursuivi. Ces mesures sont issues des recommandations de la conférence interministérielle. Désormais, en Guinée, il n'y a que trois barrages officiels et quatre points de contrôle stratégiques, à part les barrages frontaliers.

"Tout autre barrage qui ne fait pas partie de ces trois et les quatre points de contrôle, est illégal. Les rançons, les arnaques au niveau des barrages, que ça soit policiers, gendarmes, militaires ou de quiconque agent des forces de l'ordre, qui se livrent à cela, la sanction c'est la radiation et la traduction de l'intéressé devant les juridictions compétentes", a averti le Général de brigade Pépé Roger Sagno, Chef d'Etat-major adjoint de l'armée de terre.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 29 juillet 2021 à 16:58

TAGS