Corps disparu à la morgue d'Ignace Deen : "rendez-nous la dépouille de ma sœur..."

Conakry
Feue madame Oumou Barry
Feue madame Oumou Barry

CONAKRY-La famille de Oumou Barry dont le corps a disparu "miraculeusement" à la morgue de l'hôpital Ignace Deen est dans l'angoisse. Elle réclame aux médecins de l'aider à retrouver la dépouille de leur défunte. Joint par Africaguinee.com, Fatoumata Binta Barry, la sœur de la défunte Oumou explique les circonstances de cette disparition. Son témoignage est pathétique.

« C’est le lundi à 19h que sa maladie a rechuté à la maison. On l’a prise et l’envoyée à l’hôpital Ignace Deen. A peine 30 minutes après, elle a rendu l’âme au moment de la prière du crépuscule. Quand elle a rendu l’âme, ils (les médecins, ndlr) l’ont envoyé à la morgue. Ils nous ont remis ensuite un papier. C’est ainsi, on est revenu à la maison dans l’optique d’y retourner et ramener le corps au village Fougoumba dans la préfecture de Dalaba, pour son inhumation. 

Hier mardi matin, mon grand frère et un de ses frères se sont rendus à la morgue. Une fois arrivés, les médecins ont exigé à ce qu’un test covid-19 soit effectué sur le corps. Les résultats se sont révélés négatifs. Ils nous ont de demandés de leur signifier qu’on veut ramener le corps et pour ce faire, on doit aller à la cité chemin de fer pour régler les dossiers. Nous sommes allés faire les papiers et revenir à la maison. Quand nous sommes revenus, on a délégué nos mamans d’aller laver le corps et faire tout ce que la religion recommande. Après, on va amener le corps à la glace.

Quand elles sont allées à la morgue, on leur a montré un corps qui n’est celui de notre sœur feue Oumou. Elles ont aussitôt signifié aux médecins que ce corps n’était pas le leur. Les médecins leur ont répondu que peut-être que les femmes qui ont l’habitude de laver les corps les ont échangés sans se rendre compte. Ils ont dit d’attendre, ils vont contacter tous ceux qui sont venus chercher des corps pour leur demander. Il y avait une famille qui s’apprêtait à faire sortir un corps, ils ont vérifié mais ce n’était pas le nôtre, ils ont appelé d’autres mais tous ceux-ci ont déclaré que c’est les corps de leur défunt qu’ils ont pris. Ils nous ont parlé d’une autre famille à Bellevue, nous nous y sommes rendus, on a vérifié mais ce n’était pas encore le corps de ma sœur. On a prié ensemble ce corps avant de quitter après l’enterrement.

Par la suite, mon frère, qui est un avocat, a pris les dossiers pour aller à la morgue pour encore chercher. Lorsqu’il est arrivé là-bas, il a échangé avec les médecins. Finalement ils lui ont dit de patienter jusqu’à aujourd’hui mercredi, à 16heures, ils vont nous appeler pour nous situer. A 16h, une de mes grandes sœurs s’est rendue à la morgue, ils lui ont dit encore que les recherches sont en cours. Et jusque-là nous attendons.

Je précise encore que c’est mon frère de lait, notre marâtre et une amie à la défunte avec laquelle elle a grandi ensemble et l’épouse de mon oncle, ce sont ces trois-là qu’on a délégué pour aller laver le corps. Mais ils ne l’ont pas même touché parce que le corps qu’ils ont trouvé n’était pas celui ma sœur. Et la personne qui a fait le test covid sur la défunte, c’est mon frère de lait. Ce dernier ne peut pas se tromper sur ma sœur décédée le lundi à 19h 30 et dont on allait ramener au village.

Je demande aux médecins, à cause de Dieu, de rechercher, trouver le corps et nous le remettre car c’est leur travail. (…) Tous ceux qui avaient des corps là-bas ont été contactés, ils ont déclaré qu’ils ne l’ont pas. Ce qui m’amène à dire que le corps de ma sœur se trouve avec les médecins. Et je voudrais leur demander de nous aider à le retrouver. Ou-bien, ils vont contacter le propriétaire du corps qu’ils nous montré et qui se trouve à l’hôpital, s’il le retrouve, parce c’est hier mardi qu’il a fait sortir le sien et comme ça je vais aller voir si c’est le nôtre afin de le récupérer. Qu’ils fassent, à cause de Dieu, qu’on aille voir là où ils ont enterré le corps pour prier sur lui. Que cette personne dont nous avons malheureusement vérifié le corps et qui se trouve présentement à la morgue, qu’il nous pardonne mais qu’eux aussi m’aident à retrouver le nôtre.

Oumou Barry c’était ma sœur. Elle était venue passer un temps chez moi afin de pouvoir se faire soigner. Elle a quitté chez son mari et venir chez moi, c’est pourquoi je tiens à ce que je récupère au moins le corps pour le remettre à son mari parce qu’aujourd’hui tous ses fils pleurent et se demandent où est le corps de leur mère (pleures). Que nos médecins et hôpitaux jouent leur rôle de façon sérieuse".

Interrogée, une source bien introduite au sein de la morgue d'Ignace Deen, a confié que ces cas d’échange par erreur de corps sont souvent causés par les produits qu’on administre aux corps des défunts dans le cadre de leur préservation. Selon elle, ces produits transformeraient certains corps et ne faciliteraient pas leur reconnaissance faciale.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

 
Créé le Mercredi 28 juillet 2021 à 20:12