Ouverture des frontières : des commerçants ayant "trop galéré" s’impatientent…

Guinée
Des commerçants bloqués à Sambailo, image d'archive
Des commerçants bloqués à Sambailo, image d'archive

CONAKRY-Signé le 19 juin 2021 à Accra, l’accord de coopération militaire et technique entre la Guinée et le Sénégal a été ratifié par le Parlement guinéen. Un pas important vers la réouverture des frontières, fermées depuis plus de 9 mois. Si cet acte a été vivement salué, des commerçants guinéens commencent à s’impatienter du retard de l’ouverture des frontières.

Commerçant résident à Koundara, Mamoudou Diallo éprouve des inquiétudes : « Les gens sont contents depuis cette ratification. Il y en a même qui ont pensé que les frontières sont rouvertes alors que ce n’est pas le cas. On attend cela avec impatience. Mais une inquiétude demeure chez moi parce que s’il faut que les deux parlements ratifient l’accord avant que la décision de réouverture ne soit actée, je suis quand-même inquiet parce que je me demande si le Sénégal va accepter de ratifier cet accord tel quel. C’est vrai qu’il y a de l’espoir parce que c’est la CEDEAO qui a assuré la médiation entre les deux Etats, mais il reste à savoir si le parlement sénégalais va ratifier cet accord. C’est la grosse inquiétude qui anime les citoyens et les opérateurs économiques qui se débrouillent entre les deux pays ».

Cet autre citoyen ayant requis l’anonymat compte rejoindre son grand frère au Sénégal pendant les vacances scolaires. « Mon grand frère vit au Sénégal, je voudrais aller le rejoindre pendant les vacances. Mais, avec la fermeture des frontières, je me demande comment ce sera possible. J’ai récemment été à la gare routière de Bambéto pour savoir si c’était encore possible de voyager vers le Sénégal. Le syndicat m’a signifié que c’est impossible. J’ai cru avec la ratification de l’accord de coopération entre les deux Etats, les choses ont changé, mais ce n’est pas encore le cas », déplore-t-il.

« Cette fermeture a causé trop de perte chez la population. Nous demandons aux deux chefs d’Etat de s’entendre pour qu’enfin les frontières soient rouvertes. On a trop galéré, nous sommes des responsables de famille, nous avons des enfants à nourrir. C’est très difficile de continuer à vivre cette situation qui pénalise tout le monde. Je suis chauffeur de profession c’est entre les deux Etats que je me débrouille, mais c’est difficile pour moi », déplore Alhassane Bah, chauffeur sur le tronçon Pita-Dakar.

D’après le ministre de la défense nationale, avant la rentrée en vigueur de cet accord de coopération militaire et technique, les Parlements des deux pays vont tous le ratifier. Les députés guinéens l’ont déjà ratifié. Ce qui n'est pas encore le cas du côté du Sénégal, où selon nos informations, le sujet ne serait pas à l'ordre du jour, car les députés sont déjà en vacance. 

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Jeudi 08 juillet 2021 à 10:56