Alpha Condé, Mines, Présidentielle/Ousmane Kaba parle: "Le résultat de l'UFDG était plus pourri..."

Guinée
Dr Ousmane Kaba
Dr Ousmane Kaba

CONAKRY-Dans cette première partie d’une longue interview qu'il a bien voulu nous accorder, le président du Pades évoque la Présidentielle du 18 octobre mais aussi la situation économique de la Guinée. Alors que Cellou Dalein Diallo réclame toujours d'avoir gagné ce scrutin, l'ancien candidat soutient que le résultat publié par l'UFDG était plus "pourri" que celui de la CENI (commission électorale nationale indépendante).

Si le taux de croissance du pays reste élevé, Dr Ousmane Kaba soutient que c’est grâce à l’exploitation minière, mais en réalité, soutient-il, « le vrai taux de croissance pour la majorité des Guinéens c’est 2,5% ». Saviez-vous que les millions de tonnes de bauxite exportés n’appartiennent pas à la Guinée ? Dr Kaba vous l’explique. Alors qu’Alpha Condé se vante d’avoir augmenté de 15 millions de tonnes en 2010 à 80 millions de tonnes de bauxite exportée en 2020, l’opposant estime qu’il n’y a pas lieu de s’en enorgueillir. L’ancien ministre de l’économie trouve le slogan « gouverner autrement » cher au chef de l’Etat manque de crédibilité, incapable de lutter contre la corruption au sein de l’administration publique.  

 

AFRICAGUINEE.COM : Vous avez participé à l’élection présidentielle du 18 octobre, contesté les résultats du vote et finalement reconnu la victoire d’Alpha Condé en participant même à son investiture. Une démarche que beaucoup estiment contradictoire. Qu’en dites-vous ?

DR OUSMANE KABA : Ce n’est pas du tout contradictoire. Bien que j’ai contesté les résultats, mais nous étions au bord d’une guerre civile, il y avait des violences extrêmes et il fallait y mettre fin. De toute façon, j’ai estimé que le Pr Alpha Condé a gagné, mais il ne peut pas gagner à un seul tour ce n’est pas possible. Ce qu’il ne faut pas oublier, selon les résultats de la Ceni, j’étais troisième par contre, ceux publiés par l’Ufdg, j’étais sixième c’est pire parce qu’ils ont même mis quelqu’un qui n’avait pas participé à l’élection devant moi. Le BL était mieux classé que le Pades alors qu’il n’a même pas participé aux élections. Cela veut que ce résultat était plus pourri que celui de la Ceni.

Pourtant, l’Ufdg avait expliqué que c’était BN (bulletins nuls) et non BL (Bloc libéral) .

Mais il était en avance sur le Pades dans le classement. Comment cela est-il possible ? cela veut dire que c’est de faux trucs. Lui (Cellou Dalein), n’a même encore le pouvoir, mais c’est plus fou encore que pour le pouvoir (rires). C’est extraordinaire.

Huit mois se sont écoulés depuis cette élection. Comment appréciez l’entame du 3e mandat avec le fameux slogan « gouverner autrement » ?

Il essaie de gouverner autrement et je pense qu’il essaie réellement d’améliorer. Mais, il se trouve qu’on n’a pas encore sanctionné les plus corrompus du régime. Donc, ça manque de crédibilité. (...) « Gouverner autrement » dans sa tête, c’est beaucoup plus de transparence, d’efficacité. Malheureusement, ce qui s’est encore ajouté, c’est la centralisation excessive du pouvoir économique. Aujourd’hui, les ministères sont paralysés, le chef de l’Etat est le seul qui ordonne toutes les dépenses ce n’est pas comme ça qu’une économie peut marcher.   

Tantôt le gouvernement soutient que notre économie a été résiliente face à la pandémie de Covid tantôt on nous demande de serrer la ceinture et que l’avenir sera difficile. Comment expliquer cette contradiction ?

En réalité, il n’y a pas de contradiction. C'est simplement un manque de transparence dans l’explication. Notre économie est résiliente cela veut qu’elle peut résister aux différents chocs extérieurs, mais aussi au choc de la pandémie. Nous avons un taux de croissance élevé dans l’ordre de 7%. Simplement, il faut savoir que cette croissance est en deux parties : il y a la croissance du secteur minier due à la bauxite qui est à 18%, mais le reste de l’économie n’a cru qu’à 2,5 %. Le vrai taux de croissance pour la majorité des Guinéens c’est 2,5%. C’est très faible et c’est plus faible que l’augmentation de la population. Cela explique pourquoi les Guinéens continuent de s’appauvrir. C’est une situation difficile pas seulement pour la Guinée, mais pour le monde entier à cause de la pandémie. Mais comme la Guinée est plus pauvre, cela fait partie des 15 pays les plus pauvres de la planète c’est encore plus difficile pour nous. L’autre aspect c’est qu’en 2020, ils ont fait de la planche à billet pour financer les élections et pour d’autres dépenses de l’Etat.

Il y a eu augmentation de 23% de la masse monétaire qui nous a mis dans l’inflation en début 2021.  Or, l’inflation frappe les plus pauvres c’est difficile pour la Guinée. S’ils disent que ça va être difficile pour la Guinée c’est vrai, mais c’est de leur propre faute.

Est-ce que c’est à la population de payer le prix ?

C’est ce qui se passe, il y a eu une mauvaise gestion en 2020 et c’est la population qui est en train de payer même sans l’augmentation du carburant parce que déjà il y a une inflation qui est là.

Comment juguler cette crise économique ?

Ce n’est pas facile. Parce qu’en pandémie ce que les autres font c’est d’accepter un déficit budgétaire plus large. Je rappelle qu’à l’heure actuelle, l’Europe est en train de faire 1000 milliards d’euros de planche à billet, l’Amérique en fait 2000 milliards Usd.

Pourquoi la Guinée ne peut pas faire autant ?

Parce que la Guinée est un pays pauvre et que sa monnaie, le Franc guinéen, n’est pas recherchée par les autres pays comme l’Euro et le dollar Us. Mais cela n’empêche qu’il faut relâcher un peu le déficit budgétaire et essayer de l’agrandir un peu, ne pas asphyxier l’économie.   

En 2010, la Guinée a exporté 15 millions de tonnes de bauxite par an contre 80 millions en 2020. Alpha Condé se vante souvent d’avoir permis à la Guinée d’être 2e exportateur mondial du minerai. Est-ce que cela favorise le développement de notre pays ?

Cela fait plus de 2 ans que j’explique cette histoire de bauxite. Je suis très heureux que Cellou ait un peu compris et se lance dans la bataille. J’ai toujours dit qu’exporter de la bauxite ne va pas développer la Guinée c’est plutôt exporter les emplois des Guinéens. D’abord, il y a très peu de taxes sur la bauxite. En plus, ils sont allés au-delà du Code minier, la plupart des activités sont exonérés. Bien que la quantité de bauxite a augmenté, l’Etat ne reçoit pas beaucoup d’argent dans notre budget pour financer les routes ou l’électricité. De l’autre côté, on est en train de porter atteinte à la faune et à flore en Guinée. Le couvert végétal est en train de partir, la sécheresse est en train d’augmenter.

Vous voyez, nous sommes fin juin, il ne pleut toujours pas beaucoup comme d’habitude. Si on ne fait pas attention, nous allons transformer la Guinée en zone désertique non seulement à cause de l’exploitation minière qui tarit les fleuves, détruit le couvert végétal, il devient difficile de faire l’agriculture, l’élevage.  Tout ça crée beaucoup de pauvreté autour des zones minières. Cela n’est pas compensé par des emplois parce qu’il n’y en a pas beaucoup à créer par l’exportation de la bauxite. J’ai l’habitude de dire que la bauxite ne crée que des emplois des chauffeurs et des manœuvres. Avec le nouveau train qui vient d’arriver et les ceintures qui font circuler la bauxite, même cette partie du transport va échapper bientôt aux Guinéens. Donc, la valeur ajoutée devient de plus en plus faible pour l’exportation de la bauxite. Je dois ajouter que la bauxite exportée n’appartient pas à la Guinée c’est pour ceux qui l’exportent.

Qu’est-ce que la Guinée gagne ?

La Guinée ne gagne que la taxe c’est tout. Ce n’est pas une bauxite guinéenne qui est exportée. C’est une grande différence avec les produits agricoles. Lorsqu’un pays exporte des produits agricoles comme c’est le cas en Côte d’ivoire, au Mali. Le Mali a eu 328 millions d’euros grâce au coton l’année dernière. Cela veut dire que cet agent appartient aux Maliens. C’est distribué entre les agriculteurs, les transporteurs et l’Etat malien, etc. mais quand vous exportez de la bauxite, évidemment c’est compté en terme d’exportation pour le pays, mais ce n’est pas pour les Guinéens. Ce que nous nous gagnons c’est la taxe qu’on paie à l’Etat, les emplois créés, mais s’ils ne sont pas nombreux et c’est le contenu local, les achats de biens et services et les Pme qui peuvent avoir de sous-traitance. J’insiste que la bauxite exportée n’appartient pas aux Guinéens. Les gens font des discours, j’ai même entendu 3 milliards d’exportation, mais ce n’est pas pour la Guinée. C’est ce que Cellou a dit. Si c’était pour la Guinée, on aurait déjà tout le pays goudronné et l’électricité. Donc, il faut faire très attention. L’analyse économique c’est plus fin qu’on ne le pense. Il y a des exportations qui nous appartiennent et il y en a qui ne nous appartiennent pas.   

Comment faire en sorte que la Guinée en bénéficie davantage ?

Il faut transformer la bauxite en alumine chez nous. Depuis toujours, je le dis parce que quand vous transformez en alumine, comme l’usine de Friguia d’abord vous allez avoir beaucoup plus d’emplois donc beaucoup plus de salaires versés, de taxes. C’est l’ensemble de tout cela qu’on appelle valeur ajoutée dans un pays. Il faut retenir de la valeur ajoutée à condition qu’on transforme ce minerai sur place et c’est ce qu’on ne fait pas. L’alumine est d’autant plus facile que ça n’a même pas besoin de beaucoup d’électricité contrairement à l’aluminium. Mais, cela fait 60 ans, on n’est pas arrivé à le faire.

Cela ne date pas d’aujourd’hui, pendant tout le régime de Conté, on n’a pas pu faire une seule usine d’alumine non plus. Pourtant, il a duré 24 ans. Friguia c’est le colon qui l’a fait en 1955 avant l’indépendance. Depuis lors, on n’a pas fichu d’avoir une seule usine d’alumine. Il y a des années, j’étais encore membre du conseil d’administration de la CBG, j’ai toujours insisté qu’on fasse des usines d’alumine. Malheureusement, ceux qui nous ont gouvernés n’ont pas pu le faire. Aujourd’hui encore, le Pr Alpha Condé ne peut pas le faire.

Pourquoi ?

C’est toujours dans les contrats d’exploitation de bauxite, mais ce n’est jamais exécuté. Posez-lui la question.

A suivre…

 

Interview réalisée Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 669 91 93 06

Créé le Jeudi 01 juillet 2021 à 9:26