Opposants guinéens écroués: Après Paris et Bruxelles, Washington "saisie"…

Guinée
Chérif Bah et Ousmane Gaoual Diallo
Chérif Bah et Ousmane Gaoual Diallo

CONAKRY-Le sort de Chérif Bah, Etienne Soropogui, Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé et Abdoulaye Bah, -détenus depuis huit mois à la maison centrale de Conakry-,  continue d'inquiéter leurs proches.

Sur le front diplomatique, ils maintiennent la pression, espérant un dénouement heureux, venant de Paris, Bruxelles ou de Washington.

Avec le soutien de certains guinéens de la diaspora, mais aussi d'élus français et européens, les familles de ces détenus sont à pied d'œuvre.

Paris qui a été saisie demande la "discrétion" tandis que Washington s'inquiète, selon le fils de Chérif Bah, vice-président de l'UFDG, qui précise que des contacts sont aussi noués avec l'entourage de Josep Borell.

"Nous sommes en contact avec elles (les autorités françaises, ndlr), elles nous ont demandé de rester discrets mais je peux vous dire qu’elles se sont prononcées. En janvier, le chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian, a appelé Alpha Condé à faire toute la lumière sur les opposants en prison", explique Alhoussainy Bah, interrogé par le journal français La Croix.

Lire aussi-De "lourdes charges" retenues contre Gaoual, Chérif Bah et cie…

"Nous sommes aussi en lien avec les États-Unis pour qui l’évolution d’Alpha Condé inquiète. Nous pensons aussi que l’Union européenne peut faire quelque chose. Des contacts ont été pris avec l’entourage de Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, ainsi que plusieurs eurodéputés", souligne le fils aîné de l'ancien Gouverneur de la BCRG.

Ces hauts dirigeants de l'UFDG et son allié l'ANAD sont renvoyés devant le tribunal criminel de Dixinn, pour être jugé des faits de : " trouble à l'Etat par la dévastation et le pillage, atteinte aux institutions de la République, participation à un mouvement insurrectionnel, menace de violences ou de mort par le biais d'un système informatique, diffusion et la mise à disposition d'autrui de données de nature à troubler l'ordre public…". La date du procès n'est pas encore fixée.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Samedi 19 juin 2021 à 13:24