Alpha Condé : "il faut que je vous dise la vérité…nous allons souffrir"

Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée à Boké
Alpha Condé, président de la République de Guinée à Boké

CONAKRY-En déplacement ce mercredi 16 juin 21 à Boké, zone minière par excellence, le président Alpha Condé a tenu un langage de "vérité" devant les populations de Kankandé, déclarant que les prochains mois seront difficiles. "Nous allons souffrir", a-t-il déclaré. Le Chef de l'Etat invite les guinéens de serrer bien la ceinture.  

Le dirigeant guinéen annonce tout une litanie de programmes aussi bien dans l'élevage que dans l'agriculture, qu'il en mettre en œuvre pour que d'ici trois ans, la Guinée soit autosuffisante. " D’ici 3 ans, la Guinée n’importera plus de poulets", a-t-il promis, soulignant aussi qu'il veut qu’à la fin 2022, la Guinée n’achète plus de riz dehors. Extraits.

"Les commerçants qui faisaient la fraude, c’est fini. Quand ils commandent des marchandises qui valent un millions de dollars, ils viennent déclarer à la douane deux-cent-mille dollars. Mais avec le guichet unique du commerce nous connaissons le prix avec lequel ils ont acheté à Hong-Kong. C’est ça qui est arrivé avec les vendeurs de poulets. Maintenant la fraude n’est plus possible.

Je connais tous les trous

Les fonctionnaires qui pensent qu’en dehors de leur salaire, ils doivent prendre l’argent de l’Etat, cela aussi est fini. Maintenant je connais très bien l’administration guinéenne. Je connais tous les trous. Alors j’ai fermé tous ces trous. Quand on dit que le président a mis le pied sur le frein, mais je conduis le camion de la Guinée, je mets le pied pour que le camion aille jusqu’à sa destination. Donc, il n’est plus question que l’argent du pays soit détourné par quelques cadres à leur profit ou de quelques membres de leurs familles.

Quand cet argent rentre dans les caisses de l’Etat, cela permet à l’Etat de développer le pays. Qu’on ne vous dise pas que le président a mis le pied sur le frein. Mais je n’ai fait que rendre ce qui revient au peuple de Guinée. Désormais chaque ministre et fonctionnaire a une feuille de route et un contrat de performance. Si tu réussis ta performance on te récompense. Si tu ne le réussi pas, il n’y a pas à dire qu’on m’a enlevé pour quelques raisons que ça soit. On t’a enlevé parce que tu n’as pas atteint l’objectif qu’on t’a assigné. 

Comme on n’a pu faire des élections en comptant sur nos propres forces, nous devons développer notre économie en comptant d’abord sur nos propres forces. Cela veut dire quoi ? D’abord, cultiver. Nous allons beaucoup cultiver cette année (…), mais surtout l’année prochaine. Nous voulons qu’à la fin  de 2022 que la Guinée n’achète plus de riz dehors, ni de culture maraichères dehors. Donc, j’ai dit aux ministres, gouverneurs, préfets, tout le monde doit cultiver. J’ai dit aux ministres aussi de faire l’Elevage, à commencer par moi.

L’année dernière, j’ai cultivé 1400 ha, cette année, je vais cultiver 10.000ha. Nous allons commencer l’Elevage nous-mêmes, parce que quand tu dis à l’éleveur, il faut aller acheter la nourriture pour nourrir ton bœuf, il va dire pourquoi ? Mon bœuf mange l’herbe gratuitement mais il oublie qu’il gène les paysans. Mais si, nous-mêmes nous montrons l’exemple, nous faisons l’insémination et qu’il voit que notre bœuf pèse une tonne  et que son bœuf pèse 200 kg, il va se dire qu’il va faire comme l’autre.  

Alors Messieurs les préfets et maires, faites un peu l’élevage, l’insémination. Les marocains nous ont formé des jeunes pour faire l’insémination dans toutes les préfectures où il y a l’Elevage. Mais comme, les éleveurs sont analphabètes, ils ne comprennent pas, c’est donc à nous de leur montrer en faisant l’insémination. Je suis parti en Ouganda, les vaches là-bas  font 28 litres de lait par jour, en Guinée, nos vaches ne font même pas 4 litres par jour. En Erythrée les vaches font 30 litres et ils avaient une technologie qui venait de Bulgarie qui traite la vache. Le lait passe dans un tuyau et le cholestérol et toutes ses saletés sont enlevées et le lait propre sort. Ce sont nos amis, ils sont déjà venus à Faranah, ils ont été à Dinguiraye, car avec eux, nous avons décidé de créer une usine de sucre avec la canne à sucre.

Nous avons décidé à ce qu’ils participent avec nous à la production de maïs. Nous avons fait un programme avec la banque de la CEDEAO pour produire 25 millions de poulets, le bon poulet qu’on appelait poulet bicyclette. Car nous importons 13 millions de poulets. S’il plait à Dieu, d’ici 3 ans, la Guinée n’importera plus de poulet. Nous payerons le poulet ici-même. Mais il faut qu’on accepte de souffrir un moment, personne ne savait que cette maladie allait durer tant. Nous avons fait assez d’efforts (…), nous avons demandé aux gens de ne pas payer l’électricité, de ne pas payer l’eau.

Carburants….

Tous les pays ont augmenté le carburant depuis longtemps, nous, nous avons dit d’attendre d’abord. Tout cela, c’est pour diminuer les souffrances des populations. Mais il faut que je vous dise la vérité, on va souffrir pendant quelques mois".

A suivre…

 

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655  311 113

Créé le Mercredi 16 juin 2021 à 19:25

TAGS