Guinée-Covid19 : "la seconde vague est là", alerte le Conseil scientifique

Guinée
Professeur Yolande HYJAZI, présidente du Conseil Scientifique
Professeur Yolande HYJAZI, présidente du Conseil Scientifique

CONAKRY-Le Conseil Scientifique qui a pu analyser l’évolution et la gestion de la pandémie à COVID-19 en Guinée, vient de sonner une alerte très inquiétante.

Professeur Yolande HYJAZI et son équipe constatent la survenue selon toute vraisemblance d’une seconde vague de coronavirus en Guinée. D'où cette alerte qui a été adressée ce lundi 1er mars aux autorités guinéennes.

Dans le document consulté par Africaguinee.com, le Conseil Scientifique demande de mettre en place une stratégie de surveillance génomique des variants de Covid-19. Pour tirer cette conclusion, les experts ont jugé par les réalités suivantes :

  • Une augmentation du taux de positivité de 2 à plus de 10% ;
  • Une augmentation de 77,4% du nombre nouveaux cas entre la 50eme et la 51eme semaine épidémiologique ;
  • Une augmentation du taux d’occupation des lits notamment en réanimation ;
  • Un relâchement généralisé dans le respect des gestes barrières notamment le port du masque, la distanciation sociale, et le lavage des mains, précisément dans les marchés, lieux de culte et lors des cérémonies et autres regroupements ;
  • Un abandon de la mesure exigeant un test COVID-19 négatif pour tout voyage à l’intérieur du pays ;
  •  Une apparition de nombreux cas de COVID-19 en milieu scolaire, notamment à l’intérieur du pays ;
  •  Une résurgence de la maladie à virus Ebola dans un contexte de pandémie à COVID-19 ;
  • Une faiblesse de la stratégie de surveillance des variants de Covid-19.

Au regard de ces faits, le conseil scientifique, préconise, pour réduire l’impact de la seconde vague de COVID-19 en Guinée ce qui suit :

  • De limiter la circulation du virus en appliquant davantage la stratégie Tester-Tracer-Isoler et traiter qui reste l’outil majeur de contrôle de l’épidémie avec le respect des mesures barrières ;
  • De renforcer les mesures pour le respect des gestes barrières notamment le port du masque, la distanciation physique, le lavage des mains ;
  • De faire respecter par les autorités compétentes, l’application de sanctions disciplinaires, les mesures d’urgence sanitaire y compris le port obligatoire de masque dans les lieux publics;
  • De poursuivre les efforts de sensibilisation et d’éducation des forces de sécurité pour une application des sanctions disciplinaires dans le respect des droits humains des citoyens ;
  • De réitérer la responsabilité des gestionnaires des lieux publics dans le respect des gestes barrières sous peine de sanctions ;
  • De prendre les dispositions idoines pour rendre les structures de prise en charge fonctionnelles selon leurs capacités en fonction du flux des hospitalisations afin d’éviter une saturation de ces structures de prise en charge et une surcharge de travail pour le personnel soignant;
  • De surveiller les risques d’apparition de forme grave de la maladie et d’améliorer la qualité de la prise en charge pour réduire la mortalité ;
  • De mettre en place une stratégie de surveillance génomique des variants de Covid-19.

Pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en milieux scolaire et universitaire, le Conseil Scientifique alerte sur la nécessité :

  • De faire respecter le port obligatoire des masques, le lavage des mains dans l’ensemble des établissements scolaire du pays ;
  • D’organiser une surveillance très active chez les élèves, les étudiants, les enseignants et les encadreurs, notamment pour identifier, isoler et traiter les cas positifs. En cas de détection d’un cas positif dans une classe, la stratégie « Tester-Tracer-Isoler » devrait être appliquée à travers le dépistage systématique de tous les élèves et enseignants de la classe, élargi au milieu familial ainsi que la désinfection de ladite classe ;
  • De mettre en place des sites sentinelles de dépistage dans les grandes universités ;
  • De rendre effective la campagne de dépistage de COVID-19 en milieu scolaire et universitaire.

Pour une meilleure efficacité de la riposte intégrée contre la COVID-19 et la maladie à virus EBOLA, le Conseil a alerté sur  la nécessité :

  • De rendre disponible les équipements de protection individuelle dans les différentes structures sanitaires du pays ;
  •  De rendre effectif le système de tri de patients incluant la COVID-19 et EBOLA dans toutes les structures sanitaires de la Guinée ;
  • De mettre en place ou renforcer les comités de prévention et de prise en charge COVID-19/Ebola dans les différentes structures sanitaires
  • D’assurer un système de gestion des déchets efficace au niveau des structures sanitaires (y compris les CT-EPI) afin de protéger les soignants et la population ;
  •  De tester tous les corps issus du milieu communautaire ou hospitalier dans les zones touchées par Ebola avant de procéder à l’inhumation ;
  • De faire respecter les mesures barrières, tester, isoler et traiter tous les cas positifs, suivre les cas contacts, concomitamment à la stratégie vaccinale, tant pour la COVID-19 que pour la maladie à virus EBOLA ;
  • D’intensifier et de diversifier la communication et la sensibilisation autour des deux maladies (COVID-19 et EBOLA) en tirant les leçons de l’expérience acquise pour combler les lacunes identifiées.
Créé le Mardi 02 mars 2021 à 13:16

TAGS