Ebola : l'inquiétude gagne les populations à Nzérékoré…

Reportage
Des citoyens de Nzérékoré
Des citoyens de Nzérékoré

NZEREKORE-La réapparition de la fièvre hémorragique à virus Ebola crée la psychose dans la ville de Nzérékoré. A la date du mardi 13 février 2021, 12 cas d'Ebola ont été enregistrés dont cinq décès. Une centaine de contacts ont été recensés à travers le pays, dont une dizaine dans la commune de Ratoma, (Conakry). Chez les populations de la cité Zaly, d'où repartie l'épidémie, l'inquiétude grandit, alors que les autorités sanitaires s'activent pour circonscrire la maladie. Reportage.

"Chat échaudé craint l'eau froide", rappelle le dicton populaire. Si la résurgence d'Ebola provoque la peur chez les citoyens de la capitale de la Guinée forestière, il faut dire que c'est à juste raison. Entre 2014 et 2016 le virus Ebola avait fait des ravages dans la région. Dans le pays, c'est 2500 personnes qui avaient trouvé la mort dans le pays. En forêt berceau de l'épidémie, Ebola avait décimé des familles entières. Depuis le 14 février, les autorités sanitaires s'activent pour organiser la riposte. Les premières aides humanitaires sont arrivées sur le terrain.  

La psychose

Ayant encore en mémoire, les ravages causés par l’épidémie entre 2014-2016 dans la région, Théodore Loua est inquiet. Il demande au gouvernement de prendre des dispositions idoines pour circonscrire rapidement la maladie.

« Cela nous donne la peur au ventre parce que la première expérience que nous avions connue en 2014, nous a fait perdre des êtres très chers et nous a mis en retard dans beaucoup de domaine. Je demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions pour circonscrire cette maladie pour qu’elle ne se propage pas comme en 2014 », interpelle Théodore Loua.

Lire aussi-Ebola en Guinée : Alpha Condé fait plusieurs interdictions…

« Je sais ce que cette maladie a causé chez nous à Guéckédou. Donc, si j’apprends encore qu’elle est de retour, là je ne suis pas à l’aise. Ça me fait trop peur », s’inquiète Justin Saa Léno.  Même sentiment d'inquiétude chez ce jeune entrepreneur qui craint pour l'avenir de ses projets alors que les activités sont déjà paralysées par les effets du Coronavirus.

’Nous avons beaucoup d’inquiétudes face à la résurgence de cette maladie qui va encore mettre le pays en retard. Avec le Coronavirus déjà, rien ne bouge, toutes les activités sont à l’arrêt. Pendant que nous sommes en train de mettre les projets en cours, si on apprend le retour d’Ebola, on ne sait plus à quel saint se vouer puisque cette épidémie va remettre tout à zéro », craint ce jeune entrepreneur.

Pas de panique…

Face à l’inquiétude grandissante des populations, les autorités sanitaires rassurent avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour empêcher la propagation de la maladie. « La direction a mis une équipe d’investigation, suivie des mesures barrières, l’installation des kits de lavage de mains. La direction a aussi convoqué une réunion d’urgence avec tous les partenaires au développement au cours de laquelle, une coordination préfectorale a été installée. Donc, il n’y a pas de raison de paniquer puisque ce n’est pas notre première fois de gérer cette épidémie. Avec la synergie, nous allons pouvoir mettre main sur tout et l’épidémie n’ira pas loin », rassure Docteur Sera Hélène Guilavogui.

L’Union des transporteurs a, elle aussi, tenu une réunion, lundi 15 février 2021, au cours de laquelle elle a pris des dispositions face à l’épidémie, notamment, l’enregistrement de tous les chauffeurs et passagers à la gare routière dans le but de limiter la maladie.

La Guinée a été l'un des trois pays les plus touchés par l'épidémie de 2014-2016 en Afrique de l'Ouest, la plus grande épidémie d'Ebola depuis la découverte du virus en 1976.  L'organisation mondiale de la santé (OMS) est inquiète de cette nouvelle flambée épidémique.

« Il est très préoccupant de voir la résurgence du virus Ebola en Guinée, un pays qui a déjà tant souffert de la maladie », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. Elle assure que l'OMS appuie les autorités pour mettre en place des structures de dépistage, de recherche des contacts et de traitement et pour accélérer la réponse globale.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 17 Février 2021 à 3:33