Bisbilles au sein du parti d’Alpha Condé : des cadres visés par des sanctions?

Guinée
Alpha CONDE, président de la République et Dr Mohamed Diané lors d'une convention du RPG à Conakry
Alpha CONDE, président de la République et Dr Mohamed Diané lors d'une convention du RPG à Conakry

CONAKRY-Le RPG-Arc-en-ciel, parti au pouvoir en Guinée traverse une zone de turbulence depuis la confirmation de la victoire d’Alpha Condé à l’élection présidentielle du 18 octobre. Des guéguerres sur fond de lutte d’intérêts minent le parti présidentiel. Face aux agitations de certains cadres et militants du parti qui défient les décisions du Chef de l’Etat, le Bureau Politique National s’est fendu ce lundi 25 janvier 21, une déclaration pour siffler la fin de la « recréation ».

« Des cadres connus de tous, contrariés dans leurs ambitions ou leurs projets d'accéder à des hautes fonctions, nourrissant une certaine déception, essaient aujourd’hui d'alimenter des polémiques ou de nuire à l'image du parti par certaines déclarations.  Au lieu d’œuvrer pour la cohésion sociale et l’unité politique derrière le professeur Alpha condé. Le parti saura tirer toutes les conséquences de leurs comportements et de tous leurs agissements hostiles et déraisonnables envers notre organisation politique », a indiqué le Bureau politique national du RPG.

Lire aussi-Guinée-Le RPG hausse le ton : "Halte à la confusion et la polémique !"

Au lendemain de cette déclaration, beaucoup de rumeurs ont circulé, certaines d’entre elles prétendent que plusieurs cadres seraient sous la menace de « sanctions ». Qu’en est-il réellement ?

« Il n’y a aucune sanction, il n’y a pas de suspension. Ceux qui le disent racontent des contrevérités. S’il va y avoir de sanctions, c’est peut-être au niveau de l’administration. Ce sera peut-être à l’endroit de ceux qui assument des responsabilités. Pour le reste tout est faux. On ne peut pas prendre des sanctions comme ça à la volée, il faut qu’il y ait des actes qui engagent le parti. Et il faut préciser les noms des personnes sanctionnées », a confié un responsable du bureau politique qui a souhaité garder l’anonymat.

Est-ce la fin de la fronde ? « Dr Diané, c’est le gardien du temple, quand il parle tout le monde se calme », tranche une autre source proche du parti présidentiel.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 26 janvier 2021 à 15:36