Le pire tueur en série de l’histoire des Etats-Unis est mort

Etats-Unis

Samuel Little a avoué avoir assassiné 93 personnes, en grande majorité des femmes. Condamné en 2014, il est mort en prison à 80 ans.

L’homme qualifié par la police fédérale américaine de pire tueur en série de l’histoire des Etats-Unis, Samuel Little, est mort, mercredi 30 décembre, à l’âge de 80 ans, a annoncé l’administration pénitentiaire de Californie. La cause de sa mort doit être officiellement déterminée lors d’une autopsie, qui sera pratiquée dans le comté de Los Angeles, où il était incarcéré depuis la fin 2014.

Samuel Little a avoué avoir assassiné 93 personnes, en grande majorité des femmes, et la police fédérale (FBI) a confirmé sa responsabilité dans au moins cinquante de ces meurtres. Cet ancien boxeur tuait ses victimes, souvent des femmes isolées et issues de minorités, en leur portant des coups violents et en les étranglant.

Samuel Little purgeait une peine de prison à perpétuité depuis 2014 quand il a été reconnu coupable et condamné pour le meurtre de trois femmes, mais il en a revendiqué depuis des dizaines d’autres entre 1970 et 2005 – dont la plupart étaient passés inaperçus – dans une quinzaine d’Etats américains.

Des confessions filmées et mises en ligne

La police, qui pense que tous les aveux de Little sont crédibles, a mis en ligne un site sur lequel on peut voir les confessions filmées du tueur, qui raconte, de manière très précise et parfois avec le sourire, les meurtres pour lesquels les victimes n’ont pas encore été identifiées. Des portraits dessinés de mémoire par le criminel ont également été diffusés pour tenter de retrouver ses victimes.

« Beaucoup de ces décès avaient été initialement classés comme des overdoses ou des morts accidentelles ou sans cause déterminée. Certains corps n’ont jamais été retrouvés », précise le FBI sur le site internet en question.

Samuel Little, également connu sous l’identité de Samuel McDowell, avait été arrêté pour la première fois en 2012 dans un centre pour sans-abri du Kentucky. Il avait alors été transféré vers la Californie dans le cadre d’une affaire de drogue. Une fois là-bas, des traces d’ADN ont permis aux autorités de faire le rapprochement avec trois affaires non résolues, et de le condamner en 2014 pour les meurtres de trois femmes à Los Angeles entre 1987 et 1989. Toutes trois avaient été battues et étranglées.

AFP

Créé le Jeudi 31 décembre 2020 à 10:42