Marie Hélène fait des révélations : "Les résultats ne sont pas sincères…"

CENI
Marie Hélène Sylla
Marie Hélène Sylla

CONAKRY- Après son retrait des opérations de la totalisation des voix, la commissaire de la CENI Marie Hélène Sylla vient de faire des révélations. Interrogée par Africaguinee.com, sur les motifs de leur retrait, madame Sylla indique qu'il y a des anomalies qui affectent la sincérité des résultats de la présidentielle.

 «Nous avons exposé les motifs dans la salle de centralisation en disant clairement que nous ne sommes pas d’accord avec la façon dont on procède la totalisation. On nous a fait comprendre qu’on est là uniquement pour reporter les voix. C’est-à-dire même si on constate une anomalie, un écart entre les chiffres, on n’est pas là pour modifier quoi que ce soit. Etant conscients que nous n’avons pas la possibilité de transmettre des résultats vraiment sincères parce que les faits sont là, nous avons des erreurs qu’on n’a pas la possibilité de justifier. Donc on a jugé nécessaire de ne pas être associés à cela. C’est une question conscience», a martelé Marie Hélène.

En guise d’exemple, elle explique : « il y a des endroits où certains PV ne sont pas arrivés. Il me semble pour Matam par exemple qu’on a 18 PV introuvables. C’est vraiment scandaleux. Je pense que la Ceni aurait pu chercher à savoir quelle est la destination de ces PV parce qu’on est censé faire la centralisation de tous les PV. Je pense qu’à partir du moment où on donne des résultats sans des PV qui ne sont pas considérés comme écartés, ce sont des résultats qui ne sont pas sincères», a-t-elle dénoncé.

 A la question de savoir qui empêche la vérification des anomalies constatées, cette commissaire de la Ceni précise:

« Je pense qu’à ce stade c’est des responsabilités individuelles. C’est une question de conscience. Chacun est conscient de ce qu’il est en train de faire. Pour ma part, je ne veux pas être responsable de donner des résultats que moi-même je n’ai pas eus la possibilité de vérifier. Si je n’ai pas la possibilité de vérifier, je ne peux pas m’engager à valider un quelconque résultat qui sort de là. Il faut que les gens fassent la part des choses. Il ne s’agit de venir s’opposer pour s’opposer. Il ne s’agit pas de venir faire une bataille de quiconque. En tant que personne responsable, je pense que si j’ai mon mot à dire sur quelque chose, si j’ai un PV à signer ou si je dois donner des résultats qui m’engagent, la moindre des choses, c'est que je puisse vérifier. A partir du moment où je n’ai pas la possibilité de vérifier, je ne dois pas être responsable de quoi que ce soit», a indiqué Marie Hélène.

«Dans la salle de totalisation, tous les commissaires, les représentants des partis candidats, la Société civile, l’Assemblée nationale sont présents. La séance est présidée par le président de la Ceni. C’est vraiment difficile de prendre la parole dans ces conditions. Quand on fait des observations, c’est le président de la Ceni qui répond, appuyé par d’autres commissaires», a-t-elle déploré.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 669 91 93 06

Créé le Vendredi 23 octobre 2020 à 18:50