Lutte contre le 3è mandat : Qui sont les victimes de la contestation ?

Troisième mandat
Des militants du FNDC lors d'une cérémonie de funérailles des victimes à Conakry
Des militants du FNDC lors d'une cérémonie de funérailles des victimes à Conakry

CONAKRY-Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a publié ce lundi 12 octobre 2020, une liste "non exhaustive" du bilan macabre de la contestation contre le troisième mandat d'Alpha Condé. EXPLICATIONS sur cette note du front anti-troisième mandat parvenu à notre rédaction.

Les premières victimes de la lutte contre le troisième mandat d’Alpha Condé ont été enregistrées à N’Zérékoré et à Kankan en juin 2019. Cette répression sanglante a été intensifiée à partir d’octobre 2019 avant d’atteindre son niveau le plus horrifiant en mars 2020 notamment à N’zérékoré, Conakry et dans d’autres localités du pays.

Selon le bilan provisoire du travail de documentation qu’effectue la Coordination National du FNDC, nous avons enregistré:

CAS DE MORT :

Au moins 92 personnes tuées dont 84 victimes sont déjà identifiées par le FNDC dont 28 victimes sur 36 cas enregistrés lors du coup d’État constitutionnel de mars 2020 à N’zérékoré (chiffre donné par le rapport d'un collectif d'ONG Guinéennes).

CAUSES DE MORT :

Sur les 56 personnes tuées (sans compter les 36 victimes de N’zérékoré dont les causes restent déterminées) il y a au moins 45 tuées par balles, au moins 2 par gaz lacrymogène et au moins 2 par bastonnade.

CAS DE BLESSÉS GRAVES :

Ces chiffres ne concernent que la période de novembre 2019 à août 2020. Ce bilan provisoire d'au moins 324 personnes, porte uniquement sur des cas de blessés graves que la Coordination Nationale du FNDC a pu identifier à ce jour.

CAUSE DE BLESSURE

Sur les 324 personnes grièvement blessées, 129 cas qui sont en cours d'identification et de documentation ont été rapportés dans la Préfecture de N'Zérékoré.

La Coordination Nationale du FNDC a pu documenter à ce jour 195 cas de blessés graves. Parmi ces 195 cas, nous avons dénombré au moins 59 blessés par armes de guerre (par balles) ; au moins 30 par gaz lacrymogène ; au moins 10 par bastonnade ; au moins 5 par armes blanches et au moins 3 percutés par des véhicules des FDS. 

Il faut noter que ce bilan provisoire de blessés ne couvre pas toutes les périodes de répression policière qui ont été enregistrées. Aussi toutes les victimes ne sont pas encore identifiées. Avec le travail de documentation en cours, ce bilan provisoire pourrait doubler ou tripler. 

Merci de lire ci-dessous l'intégralité des victimes.

 

 

Créé le Lundi 12 octobre 2020 à 13:15