Conakry : la police disperse une manifestation à Kaloum…

Manifestation du FNDC
La police disperse une manifestation à Kaloum
La police disperse une manifestation à Kaloum

CONAKRY-La police a dispersé des partisans du FNDC qui exprimaient leur opposition au troisième mandant dans la commune de Kaloum.

Des agents armés de grenades lacrymogènes ont étouffé dans l'œuf un mouvement de protestation au quartier Boulbinet-Manquepas, au centre-ville.

Un journaliste d'Africaguinee.com a constaté la présence de moins trois pickups non loin de l'endroit où les heurts ont éclaté.

A part ces petits incidents qui ont éclaté peu avant midi et qui ont vite été maitrisés, par les forces de l'ordre, il y a calme olympien dans la commune de Kaloum, centre administratif et des affaires.

Des heurts sporadiques ont cependant éclaté sur l'autoroute notamment à Bonfi, Sonfonia, Bailobaya, où des jeunes ont brûlés des pneus sur la chaussée.

Dans un communiqué publié à la mi-journée, le front national pour la défense de la constitution a déploré de nombreuses arrestations dans les rangs des manifestants. Voici sa teneur.

En dépit de l'interdiction illégale de la manifestation pacifique du FNDC et de la militarisation de la ville de Conakry par le gouvernement guinéen, des citoyens indignés et contre le troisième mandat ont tout de même résisté tout au long de l'itinéraire de la marche indiquée sur l'autoroute et dans plusieurs zones à Conakry.

La circulation et les activités économiques restent partialement paralysées par endroit et totalement dans d'autres. Nous avions constaté avec désolation et amertume comme toujours d'ailleurs que les forces de défense et de sécurité ont fait usage des grenades lacrymogènes pour disperser des regroupements de manifestants à plusieurs endroits faisant une dizaine de personnes blessées.

De même, dans les localités de Coyah, Maneah, Boké, Kolaboui, Boffa, Dubreka, Gomboya et Tanené, des citoyens ont exprimé leur opposition au troisième mandat dans la résistance tout en exprimant leur opposition Front National pour la Défense de la Constitution farouche à ce projet d'une présidence à vie de Monsieur Alpha Condé qui ne sera pas une question d'aujourd'hui. Jusqu'au moment où publions ce communiqué, aucun mort n'a été enregistré dans les zones concernées par la résistance.

Par ailleurs, cette journée de résistance a enregistré déjà plusieurs arrestations par la police, dont le responsable de la mobilisation du FNDC, Oumar Sylla ditFoniké Menguè. En ce sens, la coordination nationale du FNDC exige leur libération sans délai.

 

 

Créé le Mardi 29 septembre 2020 à 15:36