Élection du 18 octobre : la caution de trop pour éliminer les "petits" partis?

Guinée

CONAKRY-Les ‘‘petits" partis politiques qui avaient fait part de leur volonté de participer à la présidentielle du 18 octobre 2020 vont devoir revoir leurs ambitions. Et pour cause? Le montant de la caution de participation fixée à 800 millions GNNF est jugé trop élevé par certains candidats.

Parmi les partis politiques en difficulté de payer la caution, il y a le Parti guinéen pour la solidarité, la démocratie et le développement (PGSD) du reggaeman Elie Kamano qui a exprimé son souhait de participer à l’élection présidentielle. Pour lui, la caution fixée à  800 millions FG vise à écarter les “petits partis’’.

«C’est une façon d’empêcher certains partis de participer. Nous avons essayé d’en discuter avec la Ceni. Nous avions pensé qu'on allait réduire la caution parce que c’était le même montant lors des élections passées. C’est une façon de casser l’élan de partis politiques comme nous d’ailleurs. Puisque quand un parti n’a pas les moyens de payer la caution, son candidat ne peut pas participer aux élections. Pour notre cas, nous avons mobilisé 400 millions et nous avons lancé une campagne de mobilisation de fonds parce que nous avons la volonté de participer. La Ceni n’a pas tenu compte de tous ces paramètres. Elle a dû fixer une caution qui arrange les grands partis au détriment de nous autres”, déplore-t-il.

Bien que n’ayant pas officiellement annoncé sa candidature, Dr Makale Traoré juge la caution “élevée par rapport au pouvoir d’achat des Guinéens”. Selon elle, il y a un risque d’ “empêcher certains leaders de participer aux élections du 18 octobre prochain”.

Le président du parti UDG, Elhadj Mamadou Sylla ‘‘Patronat’’ affirme n’avoir pas des difficultés à payer sa caution, mais la trouve exorbitante pour certains partis partis. “Quand je dis que le montant de la caution est trop élevé, je ne parle pas de moi, mais pour les autres qui n’en ont pas les moyens”, précise-t-il.

Par contre,  Aboubacar Sidiki Touré, responsable à la communication du RPG Arc-en-ciel pense que la caution a été fixée de façon ‘‘consensuelle’’. “Quand un parti sait qu’il est petit, il n’a qu’à aller derrière les grands. On ne va pas empêcher la marche républicaine parce que certains partis n’ont pas encore grandi”, se moque-t-il.

Interpellé sur le sujet, le porte-parole de la CENI, Mamady 3 Kaba, a déclaré: “les partis politiques qui considèrent la caution trop élévée ont eu tort de n’avoir pas été présents lors de la reunion de la commission financière”. Selon lui, l’article 172 du Code électoral dispose que le président de la Ceni (commission électoale natinale indépendante)  fixe le montant de la caution sur proposition de “la commission financière composée du président de la Ceni ou de son représentant, du ministre chargé des Finances ou son représentant, du ministre de l’Administration du territoire ou son représentant et un représentant de chacun des partis politiques engagés dans les élections”.

Affaire à suivre...

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 628 13 49 28

Créé le Mercredi 02 septembre 2020 à 11:37

TAGS