Sékouba Konaté-Présidentielle de 2010 en Guinée : un « mariage » à vie…

Libre Opinion

Aussi longtemps que la Guinée existera sur la planète Terre, son nom sera cité dans l’histoire de ce pays dont la superficie est estimée à 245 857 kilomètres carré. Malgré la réserve qu’il observe depuis un certain temps, le Général Sékouba Konaté fait encore la une.  

Depuis quelques heures, un élément sonore dans lequel on entend l’actuel Ministre d’Etat Secrétaire Général à la Présidence guinéenne s’exprime sur l’élection de 2010 circule sur les réseaux sociaux. La vidéo montée à partir de cet élément sonore est devenu virale. Elle circule en boucle sur certains médias en ligne et sur les réseaux sociaux. 

Normal ! Lorsqu’il s’agit des élections de 2010, et surtout du Général Sékouba Konaté, chacun a envie de satisfaire sa curiosité. 

Ce qui est perçu par certains comme une « révélation » faite par le Ministre Kiridi Bangoura est pourtant un secret de polichinelle. D’abord, il y a lieu de rappeler dans quelle circonstance cette rencontre a eu lieu. Cet entretien a eu lieu à Paris. Sur demande du Président Alpha Condé, le Ministre d’Etat Kiridi Bangoura a rencontré le Général Sékouba Konaté. L’Ambassadeur de la Guinée en France était également présent. L’objectif était de trouver les voies et moyens pour aplanir les divergences entre le Président Alpha Condé et le Général Sékouba Konaté. L’ancien dirigeant de la transition guinéenne était très critique envers le pouvoir de Conakry à l’époque. 

Pour revenir aux propos tenus par le Ministre d’Etat Kiridi Bangoura, il faut dire qu’aucun « secret » n’a été livré. Au contraire, c’est une histoire bien connue de tous les guinéens qui a été rappelée par le Ministre Porte-parole de la Présidence de la République. 

« C’est moi qui ai fait les 24 points. Les 24 points dépendaient de sa volonté. C’est lui qui a dit régler moi d’abord les dysfonctionnements avant d’aller aux élections. Il avait pourtant un argument contre nous. Les 24 points existaient lors du premier tour non ? Vous avez fait les élections, continuez. Mais il a dit aux deux tout ce que vous avez mis sur papier, respectez avant d’aller », a expliqué Kiridi Bangoura devant le Général Sékouba Konaté, l’Ambassadeur Amara Camara et d’autres invités. 

Est-ce cela la révélation qui émeut la toile depuis quelques heures ? C’est un secret de polichinelle. Dire qu’entre les deux tours de l’élection présidentielle les dysfonctionnements qui avaient été constatés lors du premier tour ont été corrigés avant la tenue du second tour. Et qui dirigeait la transition à l’époque ? C’est naturellement le Général Sékouba Konaté. S’il n’avait pas marqué son accord, rien aurait été possible. C’est cela le crime de lèse majesté qu’aurait commis l’ancien numéro 3 du Conseil National pour la Démocratie et le Développement ? Circulez ! Il n’y a rien à voir !

Le Général Sékouba Konaté n’a pas été bien récompensé. Et ça n’encourage pas ceux qui sont aux affaires de lâcher le pouvoir. S’il faut être lynché tous les jours après avoir accepté le sacrifice ultime de conduire une transition dont l’issue était pourtant incertaine, certains préféreront certainement la…continuité. 

Le Général Konaté aurait pu confisquer le pouvoir. Ni les acteurs politiques de l’opposition, ni même la communauté internationale n’aurait pu s’interposer. Et le Ministre d’Etat Kiridi Bangoura en sait d’ailleurs quelque chose. 

« Sékouba aurait pu garder le pouvoir. Les autres qui sont autour, si vous les laissez, ils vont faire du n’importe quoi. Mais je demande à Sékouba d’être à la place du fils », a plaidé le Ministre d’Etat Secrétaire Général à la Présidence de la République.

Sous d’autres cieux, Sékouba Konaté aurait été adulé ; couvert de médailles pour le service qu’il a rendu à sa Nation. Mais comme l’avait dit l’autre « Nul n’est prophète chez soi ». 

 

Ibrahima Sylla

 

(Ce contenu n’engage pas Africaguinee.com)

Créé le Jeudi 27 août 2020 à 12:16