Guinée : Pourquoi le FNDC peine à mobiliser tout le monde ?

Guinée

CONAKRY-Engagé dans une lutte de longue haleine pour empêcher Alpha Condé de briguer un troisième mandat, le front national pour la Défense de la Constitution peine à mobiliser tout le monde. 

Lancé il y a plus d'un an avec l'objectif d'empêcher le changement de la Constitution de mai 2010, le FNDC a eu le mérite rassembler de nombreux guinéens au-delà même des frontières guinéennes. La "noblesse" de son combat a amené des millions de guinéens à surmonter leurs clivages pour se réunir autour d'un idéal commun. Les monstrueuses manifestations qu'il a organisées tant en Guinée qu'à l'extérieur témoignent de l'adhésion populaire que le mouvement a eue. 

S'il faut reconnaître que la coalition composée de partis politiques et de plusieurs organisations de la société civile a montré ses preuves, il faut cependant avouer que tout n'est pas rose dans le tableau. Il y a un hiatus. Le mouvement hétéroclite d'opposants n'a pas réussi à rassembler tout le monde derrière lui pour faire plier Alpha Condé, qui a allié "intransigeance" et "répression" pour arriver à une victoire à la Pyrrhus. Car faut-il le rappeler, le bilan de la répression sanglante des manifestations d'octobre à aujourd'hui avoisine la centaine de morts.  

Pendant les manifestations, au-delà des fiefs de l'opposition notamment de Cellou Dalein Diallo, les appels à la mobilisation sont suivis en demi-teinte.  Au plus fort de la contestation, la Haute Guinée, fief du RPG n'a pas bougé. Le parti au pouvoir aidé par les administrateurs territoriaux a su annihiler toutes les poches de résistance. Résultat : les élections du 22 mars s'y sont déroulées malgré l’engagement et la détermination des opposants au double scrutin.  Pour revenir à la question pourquoi le FNDC peine à mobiliser tout le monde, cet acteur de la société civile trouve une explication. 

"En réalité, en dehors de l'UFDG aucune entité membre du FNDC n'a une base de légitimité.  C'est seulement l'UFDG autour de laquelle tout est fédéré. Les organisations de la société civile qui sont membres du FNDC ne sont pas représentatives de la société civile nationale. Donc ça fait déjà qu'en terme de capacité d'adhésion sociale, ça pose un problème. Deuxième raison, une lutte sociale s'est combinée à une lutte politicienne. Les partis politiques membres du FNDC ont pour vision la conquête et l'exercice du pouvoir. Une revendication à caractère citoyen ne peut pas prospérer lorsque le mobilisateur concerné a une vision différente de la vision des autres acteurs qui composent l'entité", analyse Dansa Kourouma, acteur de la société civile guinéenne. 

Le président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne admet la pertinence du combat du FNDC, qui, dit-il, mérite d'être mené, mais explique-t-il un détail a manqué au départ. "La stratégie qui a été adoptée n'était pas la bonne et tous les indécis ont vite été stigmatisés au départ, ils se sont rétractés. Ce qui fait qu'à l'intérieur du pays en dehors des fiefs de l'opposition, ils n'ont pas pu mobiliser tout le monde pour suivre le tempo. Il n'y a pas eu une adhésion citoyenne libre et volontaire", indique M. Kourouma, soutenant qu'il est difficile pour le FNDC qui se réclame être un mouvement citoyen de réunir tous les citoyens autour de son combat alors qu'à l'intérieur les manettes et les leviers sont détenus par des organisations politiques. 

 

Focus Africaguinee.com

Créé le Jeudi 13 août 2020 à 11:31

TAGS