Moyenne Guinée : Des enseignants se "fâchent" à Mamou…

Education
Des enseignants mobilisés à la DPE de Mamou
Des enseignants mobilisés à la DPE de Mamou

MAMMOU- Certains enseignants sont en colère dans la préfecture de Mamou, en moyenne Guinée. Ils dénoncent le non-paiement de leurs primes d’incitation promises par les autorités. Des primes qui varient de 600.000  à 1.200.000 GNF, selon la zone de service. Ils sont des instituteurs, des directeurs d'écoles qui sont concernés par cette situation. Certains enseignants évoluent dans la commune urbaine de Mamou, alors que d'autres sont ldans les zones rurales.

 « Nos salaires étaient gelés au début du payement des primes. Pendant 3 mois on a rien reçu alors qu'on était là. Quand on a dégelé nos salaires, on a réclamé les primes, les autorités nous ont promis de voir. Mais jusqu'à présent, on ne nous a plus rien dit. Ce n’est pas normal", dénonce cet enseignant.

Cette autre institutrice à l’élémentaire, ajoute : « J’étais malade en traitement à Conakry. Ils sont venus pour payer les primes. Mon directeur m’a dit qu’il n’a pas pu récupérer ma primes. A mon retour, j’ai réclamé, mais on m’a dit que les agents payeurs qui étaient venus ont reversé l’argent au trésor public. Ils viennent sans alerter, ensuite on n'était pas en période cours", s'insurge-t-elle, précisant toutefois qu'elle a été payée pour ce mois de juin.

« J'ai reçu ma prime pour cette fois-ci, mais pour le reste, je n'ai rien reçu. Pourtant, je suis en service et je travaille correctement. J’ai mené des démarches qui n'ont pas abouti", déplore l'institutrice.  Ce directeur d’école au village, est aussi chargé de cours. A lui seul, il gère plusieurs niveaux du primaire. Mais, il n’a jamais reçu ces primes d’incitation.

« Je suis directeur d’école bien sûr. Mais je gère 2 classes en multigrade. Je n’ai jamais bénéficié de ces primes. On me dit que les directeurs d'école ne font pas partie. Je suis d’accord, mais nous dispensons des cours à plusieurs niveaux. Nous ne sommes que deux enseignants dans une école. En plus d'être directeur, on est des enseignants en situation de classe comme les autres sinon plus. Nous méritons d'avoir ces primes. Car vous pouvez voir au village, un seul enseignant qui a 2 ou 3 classes à gérer lui seul. On a fait des recours, ils nous ont demandé d’écrire et envoyer nos renseignements, mais jusqu'à présent il n'y a pas eu suite favorable », témoigne ce directeur d’école frustré.

Habib samaké

Correspondant régional

D’Africaguinee.com à Mamou

 

Créé le Samedi 08 août 2020 à 12:49

TAGS