Répression de la contestation à Kankan : des bérets rouges "épinglés" …

Haute Guinée
Des bérets rouges sur le terrain du maintien d'ordre à Kankan
Des bérets rouges sur le terrain du maintien d'ordre à Kankan

CONAKRY-Un collectif d’ONGs de défense des droits humains a dénoncé ce lundi 27 juillet 2020, l’arrestation de 22 jeunes "manifestants pacifiques" par des bérets rouges le 21 juillet 20 à Kankan, une préfecture qui est le théâtre d’une grogne sociale d’une ampleur inédite.

Ce collectif affirme que les personnes arrêtées par des bérets rouges (une unité d’élite de l’armée guinéenne) sont détenues dans le camp militaire Soundiata Keita où elles subiraient des tortures. Trois d’entre elles sont blessées.

« Les 21 et 22 juillet 2020 à Kankan, 22 jeunes, manifestant pacifiquement pour la desserte en électricité de leur ville, ont été arrêtés par des militaires (bérets rouges) déployés par le Gouvernement pour réprimer la contestation. Depuis leur arrestation, ils sont détenus dans des conditions très préoccupantes dans le camp militaire Soundiata Keita de Kankan. Trois autres manifestants ont été grièvement blessés », dénonce le collectif dans un communiqué de presse parvenue à notre rédaction.

Actes de torture

Il s’inquiète du sort que l’État guinéen réserve à ses citoyens par l’usage disproportionné de la force et le recours à l’armée dans le maintien de l’ordre lors des manifestations.

« Alors que nous apprenons que les détenus seraient victimes d’actes de torture physique et morale, nous demandons à l’État guinéen de prendre des mesures immédiates de sauvegarde de la sécurité de ces jeunes détenus et de procéder à leur libération du fait du caractère illégal des conditions de leur arrestation et de détention », invité le collectif dans son communiqué dont nous vous invitons de lire ci-dessous l’intégralité.

 

Créé le Lundi 27 juillet 2020 à 17:28

TAGS