Maimouna Soumah accuse la garde du ministre de la justice : "ils m'ont déchiré les habits…"

Conakry
Madame Maimouna Soumah
Madame Maimouna Soumah

CONAKRY-C’ est un fait inédit qui s’est passé ce matin dans les locaux du ministère guinéen de la justice ! Une dame, venue à la rencontre du garde des sceaux dit avoir  été  ‘’copieusement’’ molestée par les gardes du corps du ministre Mory Doumbouya. C’est du moins ce qu’explique madame Maimouna Soumah, interrogée Africaguinee.com.

Outrée par ce qui lui est arrivée, cette guinéenne vivant en Angleterre explique comment elle a été rouée de coups dans les locaux du bâtiment abritant le ministère de la Justice de son pays. ‘’ Je me sens humiliée par ce qui m’est arrivée aujourd’hui dans les locaux du ministère de la Justice. J’ai été humiliée par les gardes de ce  ministre qui vient à peine d’être installé dans ce département. Je voulais le rencontrer pour savoir pourquoi il a fait libérer un bonhomme impliqué dans du ‘’faux et usage de faux’’ dans la vente de mes parcelles de terre. Ne voulant rien entendre, les gardes du ministre m’ont brutalisé  et m’ont jeté comme une malpropre. Ils m’ont pris du quatrième étage jusqu’au rez-de-chaussée, mes habits ont été déchirés et une dame conseillère m’a même giflé’’ s’est offusquée notre interlocutrice.

Elle déclare qu’un escroc reconnu coupable de ‘’faux et usage de faux’’ aurait été libéré par la justice. Elle était venue donc expliquer au garde des sceaux l’injustice face à laquelle elle se trouve.

‘’ Le ministre Mory Doumbouya est  intervenu parce que son collègue Ibrahima Kourouma est mêlé dans cette affaire. C’est quand j’ai eu écho de cela que j’ai décidé d’aller le voir en personne à son bureau. Informé par ma présence, il a refusé de me recevoir ou me donner un rendez-vous’’regrette-t-elle.

Ne sachant plus à quel saint se vouer, dame Maimouna Soumah, décide de porter plainte contre le ministre et ses employés. ‘’ Je compte porter plainte contre le ministre, ses gardes-du-corps et la dame qui m’a donné un coup. Avec ce comportement  pour des gens censés défendre la loi nous ne savons plus quoi faire en Guinée. Il n’a pas le droit de me faire brutaliser surtout dans un faux dossier’’ a regretté Madame Maimouna Soumah.

Joint au téléphone par nos soins, Sékou Keita, chargé de communication du ministère de la Justice a botté d’un revers de la main les accusations portées par dame Maimouna à l’encontre de son ministre.

‘’Il y a de cela deux semaine cette dame vient au département de la justice. Les registres d’ailleurs en font foi. Soit pour rencontrer le secrétaire général ou le chef de cabinet. Mais malheureusement ce matin, la dame est montée tout droit au quatrième où il y a un dispositif sécuritaire. Ici on lui a demandé si elle avait rendez-vous, elle répond par la négative qu’elle n’a pas rendez-vous mais elle vient voir le ministre en personne. Nous lui avons fait comprendre qu’aujourd’hui c’est lundi et que le ministre ne recevait que sur rendez-vous ou en cas d’extrême urgence. Il n’en fallait pas pour irriter le courroux de la dame qui s’est enflammée’’,  a narré le chargé de communication du ministère de la Justice.

Dans ses explications, Sékou Keïta indique que c’est de façon très polie que les gardes et le personnel de service l’ont abordé afin qu’elle comprenne qu’il y a des règles qui régissent une administration.

‘’ Nous lui avons fait savoir, certes qu’ici c’est le département de la justice mais si elle a un problème de justice, il y a des services décentralisés qui s’occupent des activités en dehors d’ici. Il faut que les gens apprennent à respecter les services publics’’ a expliqué le chargé de communication du ministre de la justice, avant de nous confier qu’elle n’a pas été touchée ni frappée par quelqu’un.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 13

Créé le Lundi 13 juillet 2020 à 19:40