Les révélations de Dr Faya :"Kassory m’a fait plusieurs offres…" (Interview)

Interview
Dr Faya Milimouno, leader du Bloc Libéral
Dr Faya Milimouno, leader du Bloc Libéral

CONAKRY-Le leader du Bloc Libéral a-t-il été payé indûment pendant 25 ans par le contribuable guinéen? L’opposant dont le nom vient d’être cité dans le fichier des fonctionnaires fictifs au compte de l’Institut supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG) est revenu sur cette affaire embarrassante. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, l’ancien candidat de l’élection présidentielle croit savoir l’origine de cette « cabale ». Il promet de s’impliquer personnellement pour faire jaillir la vérité. Dr Faya Milimono fait aussi des révélations sur des avances qui lui ont été faites par l’actuel chef du Gouvernement afin qu’il rejoigne son équipe. Entretien exclusif !

 

AFRICAGUINEE.COM : Votre nom vient d’être cité dans le fichier des fonctionnaires fictifs au compte de l’Institut supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG). Comment êtes-vous retrouvé dans la fonction publique ?

DR. FAYA MILIMOUNO : Dès que j’ai reçu cette information, la première des choses que j’ai eu à faire, c’est d’abord de rentrer en contact avec mon avocat pour qu’il entame une procédure. Ce que je sais, j’ai été embauché dans la Fonction Publique en 1988 et affecté à l’Ecole Normale Supérieure de Manéah. Cette école normale est devenue plus tard l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée et cet institut a été à mon insu transféré à Lambanyi. C’est en 1993, six ans après que j’ai commencé à travailler à l’Ecole normale supérieure que j’ai été un des récipiendaires des bourses d’excellences de la Francophonie au Canada. Il y  avait à l’époque, je ne sais pas si c’est le cas aujourd’hui, un arrêté conjoint qui régissait les emplois de l’enseignement supérieur et qui réglementait notamment les congés de perfectionnement. C’est-à-dire quand un fonctionnaire ou un enseignant revenait aux études, il avait droit à son salaire indiciaire durant la période de sa formation. C’est ce dont nous étions bénéficiaires. Alors je pars au Canada avec l’actuel ministre de l’Education nationale, étant les deux seuls récipiendaires. En 1995, alors que j’avais encore trois ans avant de finir ma thèse je fus informé que mon salaire est coupé. Alors je cherche à savoir le pourquoi de cet acte parce qu’au niveau des autres boursiers et ceux qui m’avaient précédé, ceux qui étaient allés avec moi et même ceux qui sont venus après nous continuaient à percevoir leur salaire.  Aucune explication plausible ne m’a été donnée sinon que de douter que je n’allais pas revenir en Guinée une fois que je finissais mes études. Ceci n’était pas pour moi une justification honnête.

J’ai considéré alors déjà que c’était un acte discriminatoire. Mais étant à Montréal à l’époque, il m’était difficile de communiquer avec les gens et de perdre mon temps à discuter avec des gens qui savaient pourquoi ils le faisaient. Donc je me suis plutôt concentré à mes études. Je me disais que c’était fini et que je ne suis plus fonctionnaire de l’Etat guinéen parce que le contrat est rompu par l’Etat guinéen de façon unilatérale. Alors en 1999 je soutiens ma thèse et j’obtiens une offre de la Banque Mondiale et je viens à Washington. Pour moi il n’était plus possible que mon nom puisse exister dans les fichiers de l’Ecole normale supérieure ou de l’Institut supérieur des Sciences de l’Education ou de la Fonction publique de Guinée. Onze années plus tard je retourne en Guinée. Je ne me doutais de rien et j’ai été d’ailleurs très généreux en voulant dispenser gratuitement des cours à l’ISSEG de Lambanyi du temps de Dr. BAYO. Il a même exprimé le souci que je sois opposant et que ce n’était pas très rassurant pour eux. Je n’ai donc pas insisté.

Ce que je vous dis c’est depuis 1995 et si j’apprends aujourd’hui en 2020 que je fais partie des fictifs, je me pose bien des questions. Primo : est-ce que c’est quelqu’un, comme d’ailleurs c’est courant dans la fonction publique qui a détourné cet argent pendant tout ce temps ? Si c’est le cas, c’est qui ? C’est pour cela d’ailleurs que j’ai engagé le service d’un avocat qui promet de prendre toutes les dispositions pour passer dans les départements concernés et à l’ISSEG même. Il parait que je fais partie encore des fictifs dans cet institut. Donc les recherches vont commencer à ce niveau-là et ils peuvent même être les seuls à dire depuis quand ils ont cessé de payer ou depuis quand ils ont payé Faya Milimouno. C’est un dossier que j’ai personnellement envie de mener en profondeur pour que la vérité soit établie. Je suis convaincu que c’est une pratique qui est très courante dans la fonction publique guinéenne.

Quand on dit que quelqu’un perçoit son salaire depuis 25 ans ce qu’il faut signer pour l’avoir. Si c’est au virement, il ne se fait pas dans n’importe quel compte. On ne peut pas ouvrir un compte au téléphone puisque pour le faire on vous demande quand-même de fournir une identité ou un certificat de résidence. Si c’est surtout pour le virement on va vous demander où vous travaillez. Il y a tout un dossier à fournir. Cela est au moins traçable et je ne crois pas que toutes les banques peuvent être complices de quelqu’un. Donc la vérité sera mise à nue.

A votre avis pourquoi c’est maintenant que ces informations fuitent ?

Même si je me posais cette question, la réponse je la connais. Je suis très opposé à la gestion catastrophique d’Alpha Condé. Ça ne plaît ni à lui-même, ni à son entourage. Naturellement il y a des offres qu’ils m’ont faites. Si j’étais vraiment intéressé d’être dans la fonction publique, je crois que j’aurais préféré  être ministre. Ce sont des offres qui ont été faites et que j’ai repoussé au nom de mes convictions et de mes valeurs. Ce n’est pas un salaire comme ça que je vais continuer à toucher indûment.  C’est vraiment complètement contraire à mon éducation et aux valeurs pour lesquelles je suis en train de me battre depuis mon plus jeune âge. Donc si cela se fait aujourd’hui, naturellement c’est de bonne guerre.

Alpha Condé n’a-t-il pas dit lui-même que ‘’plus le mensonge est gros, plus les gens y croient’’. Mais ça c’est un mensonge facile à démonter  parce que si le salaire est payé il faut une signature. C’est des faits. Pour nous,  cela sera une opportunité parce qu’encore une fois les gens comprendront que notre intégrité n’a pas commencé aujourd’hui.

Vous avez dit que vous avez reçu assez d’offres lénifiantes proposées par le pouvoir en place. Est-ce que vous pouviez revenir un peu en détails sur ces offres là ?

Il n’y a pas de secret à cela. Pratiquement depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir, plusieurs fois des offres m’ont été faites. La dernière, c’était avec le premier ministre actuel qui avait beaucoup insisté pour que j’accepte de rentrer dans son gouvernement, j’ai décliné l’offre. C’était pour être d’abord ministre du commerce. Cela m’avait fait rire parce que je voyais un peu le Alpha parce qu’il y avait un kissien au commerce dont on devait se débarrasser  et il fallait trouver un autre Kissien pour occuper ce poste. Il m’a dit que si je ne suis pas intéressé par le commerce, il y a le ministère de la l’Enseignement  Technique, j’ai dit NON et que je ne suis pas intéressé. Pour moi, je ne crois pas que dans le contexte guinéen que vous trouviez beaucoup de guinéens qui peuvent refuser même un poste de directeur national.

A suivre…

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Jeudi 02 juillet 2020 à 16:35