Accusé de viol et chantage, l'imam Sanoh se justifie : ‘’ C'est ma copine, c’est pourquoi j’ai sa sextape …’’

Mœurs
Elhadj Alhassane Sanoh
Elhadj Alhassane Sanoh

CONAKRY- L’affaire est presque sur toutes les lèvres depuis qu’elle a été rendue publique ce lundi  29 juin 2020 ! Un imam diplômé dans le domaine de la charia islamique en Arabie Saoudite, est au cœur d’un scandale de mœurs.

Elhadj Alhassane Sanoh est accusé de faire du chantage à une femme avec une sextape. M. Sanoh prétend que cette femme serait sa copine depuis plusieurs mois. Elhadj Alhassane Sanoh a reconnu être l’auteur de la sextape et demande pardon à la victime. Il a été interpelé à Conakry par les services du Colonel Thiegboro Camara. Interrogé sur les faits, il a expliqué que la femme dont il détient la sextape est sa copine. L’imam jure qu’il n’a  jamais forcé la femme.

 « Elle est ma copine et je ne l’ai jamais forcé à prendre la vidéo. Je lui ai dit que si elle ne vient pas me voir je vais publier la vidéo. Mais je ne l’ai jamais fait. Je n’ai jamais demandé la somme de 6 millions de francs guinéens. Je regrette de l’avoir menacé, mais je savais que je n’allais jamais le faire. Je suis vraiment désolé de prendre la vidéo et de l’avoir menacé. Je ne savais pas que cela allait arriver là. J’ai pris la vidéo entre copain et copine pas d’autres choses.  J’ai fait presque 4 mois avec elle », a expliqué l’imam, marié et père d’un enfant.

Son accusatrice soutient qu’elle a été victime de viol. Pire, elle a été filmée en plein ébats sexuels avec l’Imam résidant à Kobayah.

 «Je suis vendeuse d’habits, il a pris mon numéro sur internet en me disant qu’il a trouvé un client pour moi. J’ai pris un taxi moto pour partir à Kobayah à sa rencontre. Arrivée, il m’a dit que la dame qui voulait acheter les habits est partie mais qu’elle allait revenir toute suite. Dès que je me suis assise, il a fermé la porte. (…) ensuite,  il m’a dit que c’est obligatoire de coucher avec lui. Il m’a menacé j’ai eu peur. J’ai cédé. Je ne savais pas qu’il avait filmé cela. Après deux jours, quand je me suis connectée, il m’a envoyé la vidéo. Elle m’a dit que si je ne le rencontre pas, il va balancer ça sur les réseaux sociaux.  Je suis partie pour une deuxième fois pour le rencontrer. Après il continuait toujours à me menacer. Il m’a demandé de lui donner 6 millions de francs guinéens sinon je vais voir. Comme, il me menaçait toujours, je ne dormais pas la nuit », a expliqué la victime qui a fini par porter  plainte contre cet imam « pervers » qui aurait fait ses études en Arabie Saoudite.

 A suivre…

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le Mardi 30 juin 2020 à 15:00

TAGS