Mamou: Militante du FNDC, Oumou Barry arrêtée encore après ses révélations

Politique
Oumou Barry à droite de la Photo
Oumou Barry à droite de la Photo

MAMOU-Alors qu’elle a séjourné trois mois à la maison centrale de Mamou, Oumou  Barry une militante du FNDC à Timbo, libérée le mardi 23 mars vient d'être arrêtée de nouveau. Elle avait pourtant rejoint son Timbo natal avec ses deux codétenues.

 A peine sortie de prison, la Dame qui a fait des  révélations sur leur agissement le jour du scrutin du 22 mars, a été arrêtée. Alors qu’elle avait nié tous les faits qui lui sont reprochés au tribunal, à sa sortie de prison elle a fait une déclaration lors d'une émission de grande écoute dans une radio locale dans laquelle elle a reconnu avoir détruit des bureaux de vote, saccagé du matériel électoral.

Suite à ces révélations, mademoiselle Oumou Barrry a été interpelée de nouveau sur instruction des autorités judiciaires de Mamou. Elle a d’ailleurs été inculpée de nouveau dans cette affaire d’empêchement de vote et d’un  meurtre survenu dans la localité de Kégneko,  le jour des élections. Oumou Barry a été arrêtée  jeudi soir par la gendarmerie de Mamou à Timbo puis transférée dans la commune urbaine.  Le procureur Sidiki Camara a confirmé l’information à notre correspondant régional dans cette ville.

Effrayées, ses deux collaboratrices démentent les déclarations d’Oumou Barry, affirmant avoir été à Kégnéko dans le cadre d’une cérémonie, le jour de l’élection.

 «La femme qui a dit ça, n’a pas le même problème que nous.  Nous avons été à Kegneko pour une  cérémonie. Cela a coïncidé à la manifestation on nous a arrêté.  On a fait une semaine en prison puis on a été  jugées t condamnées à 3 mois de prison ferme.  On a fait les 3 mois. On nous disait en prison d’attribuer notre arrestation au FNDC, ce qui nous donnera du succès. Mais nous, on a dit qu’on n’est pas prêtes pour ça et qu’on regrette le fait de rester ici aussi longtemps. Pendant le ramadan on n’a pu préparer pour nos maris. On s’en fou de la politique. On est toutes mariées.  On l’a rappelé  aujourd’hui elle est à la gendarmerie.  Ceux qui ont fait le cortège pour nous sont nos parents, nos amies et tous nos proches. On n’a peur de rien et on ne change rien. Nous on est allées à une cérémonie c’est tout.  Elle, elle a dit qu’elle veut la renommée alors que nous on ne s’est pas rendue à Kégnéko pour casser des bureaux de vote au nom du FNDC. On n’a pas un parti politique aujourd’hui on n’aura pas un parti demain. Nous avons été arrêtées pendant qu’on était à une cérémonie, ensuite condamnées seulement », déclare Laouratou Barry.

Cette histoire d’arrestation des membres du front  national pour la défense de la constitution, prend plus d’ampleur dans cette ville de Mamou.  Les autorités administratives en complicité à celles judiciaires comptent anéantir le FNDC dans cette ville carrefour. Depuis le 22 mars 2020, plus de 6 maires sur les  13 des communes rurales ont été arrêtés. Des dizaines de responsables et militants du FNDC et de l’UFDG ont été déférés à la maison centrale. Il y a moins d'une semaine, un jeune mécanicien très connu dans la ville et actif aux mouvements du front, a été arrêté et embarqué manu-militari en direction de la maison centrale après un passage au TPI de Mamou. A ce jour, ses proches cherchent encore à savoir pourquoi a-t-il été arrêté.

Habib Samaké

Correspondant régional

D’Africaguinee.com

A  Mamou

Créé le Vendredi 26 juin 2020 à 11:22

TAGS