Appel au boycott des cours: Comment réagit le département de l'Enseignement Supérieur?

Enseignement Supérieur
Le Secrétaire Général du Ministère de l'Enseignement Supérieur Dr Binko Touré (D)
Le Secrétaire Général du Ministère de l'Enseignement Supérieur Dr Binko Touré (D)

CONAKRY-La reprise des cours dans les universités à Conakry risque d'être agitée alors que le nouveau ministre de l'enseignement supérieur a été installé dans ses fonctions aujourd'hui. A trois jours de la rentrée après près de trois mois de suspension des cours à cause de l’épidémie de Coronavirus qui frappe le pays, des étudiants réunis au sein d’un collectif ont appelé ce vendredi 26 juin au boycott de la reprise.

Dans un communiqué publié aujourd’hui,  le collectif des étudiants des universités publiques, privées et collège des Étudiants de Guinée a appelé au boycott de la reprise des cours prévue le 29 juin prochain. Les étudiants reprochent aux autorités guinéennes de n’avoir pas pris en compte la question liée aux tarifs de transport qui ont connu une hausse vertigineuse à Conakry. Contacté par un journaliste d'Africaguinee.com, le président de cette structure estudiantine a confirmé l'information. Il a expliqué la principale revendication des étudiants.

“Une plateforme revendicative en tant que telle, n'a été pas formulée. Mais moi en tant que président, j'ai appelé le ministre sortant, Kader Yacine Barry pour lui faire part de notre préoccupation. Il était prêt à nous écouter quand le décret le remplaçant a été pris. Nous nous sommes rabattus sur le secrétaire général du ministère de l'enseignement supérieur qui devait nous rencontrer. Ça devrait être fait aujourd'hui mais on nous dit qu'il devrait installer le nouveau ministre. Et les étudiants s'impatientent et nous ne pouvons pas attendre à chaque fois des rendez-vous ratés. C'est pourquoi nous avons fait un communiqué pour que les autorités comprennent notre situation”, expliqué Alpha Oumar Tourkoun Diallo.

Selon lui, la principale revendication des étudiants c'est par rapport aux frais de transport qu'ils trouvent insupportables en cette période de crise sanitaire liée au covid-19. “ Même dans le bureau national de notre collectif, on a calculé les frais de transport. Entre nous, on a trouvé qu'il y a certains qui vont dépenser jusqu'à 70 mille francs guinéens par jour alors qu’ils ont jours de cours par semaine entre l'Université Gamal et Kabgbèlen. Nous ne pouvons pas supporter cela”,  a fait savoir le président de ce Collectif d'étudiants.

De ces revendications, nous avons tenté de savoir un peu plus auprès du secrétaire général du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. D'après Dr Binko Mamadi Touré qui a été joint par un journaliste d'Africaguinee.com, le département dont il relève n'est pas informé de cette plateforme revendicative des étudiants comme ils l'ont mentionné dans leur communiqué.

 “Nous attendons qu'ils nous envoient leur plateforme revendicative auprès de qui de droit. C'est ainsi que nous allons voir s'il y a lieu de négocier et on va rentrer en contact avec eux. Mais voir un communiqué comme ça, je ne peux pas me prononcer sur ça de façon unilatérale”, a martelé le secrétaire général du ministère de l'enseignement supérieur.

Dossier à suivre...

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28

Créé le Vendredi 26 juin 2020 à 19:02