Exigences de l’opposition: le camp d’Alpha Condé ferme la porte à Cellou, Sidya et Cie…

Politique
Le Président Alpha Condé au siège du RPg arc-en-ciel lors de la convention du parti à la veille des législatives du 22 mars
Le Président Alpha Condé au siège du RPg arc-en-ciel lors de la convention du parti à la veille des législatives du 22 mars

CONAKRY-Le camp du président Alpha Condé est-il prêt à accéder aux exigences de l’Opposition ? Alors que Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Faya Milimouno, Lansana Kouyaté et compagnie, exigent l’annulation du double scrutin du 22 mars et l’ouverture d’un dialogue politique sous les auspices de la communauté internationale, le RPG arc-en-ciel leur ferme la porte. Le parti au pouvoir trouve ces conditions posées par l’opposition irréalistes et illogiques.

« Quand on veut dialoguer on s’inscrit dans la logique de ce qui est faisable et de ce qui est réaliste. Mais lorsqu’on s’inscrit dans une logique irréaliste, c’est l’expression d’une volonté de ne pas aller au dialogue. Nous estimons que quiconque veut dialoguer aujourd’hui, doit agir dans le sens de l’apaisement politique et social dans le pays. Nous pensons qu’il n’y a aucune logique dans tout ce qu’ils avancent comme argument », réagit SidiKi Touré, le responsable de communication du RPG arc-en-ciel.

Dans une déclaration qu’ils ont publié ce mercredi 24 juin, les opposants ont posé les conditions de leur participation à l’élection présidentielle du 18 octobre dont ils rejettent la date. Parmi les exigences posées par Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et leurs alliés, il y a l’annulation du double scrutin du 22 mars par la dissolution de l’Assemblée Nationale et de la Constitution qui en sont issues, la libération et l’arrêt des poursuites contre les militants du FND, l’installation des conseils régionaux en même titre que les Chefs de quartier et district et l’ouverture d’un dialogue politique sous les auspices de la communauté internationale. Ces exigences ne tiennent pas la route, rétorque le parti au Pouvoir.

Lire aussi-Guinée : l'opposition rejette en bloc la date de la Présidentielle

 « Ce n’est pas réaliste de demander un dialogue sous les auspices de la communauté internationale parce que nous ne sommes pas en période de crise, ni en période de guerre. Le peuple de Guinée est plus légitime que n’importe qui dans ce pays. Une fois que le peuple vote une Loi ou adopte une constitution, on ne sait pas comment des individus peuvent demander à changer cela. Donc, ils ne sont même pas proches de la logique. Il faudrait que les uns se rapprochent de la logique pour que les autres aient la capacité de les écouter sur quoi discuter. Qu’est-ce que la communauté internationale aura à faire dans une affaire que les guinéens peuvent eux-mêmes résoudre ? Encore que nous ne sommes pas en guerre ni en crise politique profonde », martèle M. Touré.  

Affaire à suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 25 juin 2020 à 20:43