Covid-19 en Guinée: le Directeur de SOS Villages s'exprime sur la situation des enfants...

Publireportage
M. Richard WATCHIOU, le Directeur national de SOS villages d'enfants de Guinée.
M. Richard WATCHIOU, le Directeur national de SOS villages d'enfants de Guinée.

CONAKRY-A l’occasion de la célébration du mois de l'enfant et de la date anniversaire du fondateur des villages d’enfants SOS, Monsieur Hermann Gmeiner, le centre de rétention et d'éducation SOS villages d'enfants de Guinée a fait  le point sur la situation des enfants en Guinée. C’était lors d’une visioconférence animée ce mardi 23 juin par le Directeur national de SOS villages d'enfants de Guinée.

A cette occasion,  M. Richard WATCHIOU a dressé une situation précaire de des enfants en cette période de covid-19. Dans son intervention, le Directeur national de SOS villages d'enfants de Guinée a souligné que la pandémie de covid-19 a occasionné une situation économique très difficile  dans le pays.

“Il n’est point besoin de rappeler que l'économie guinéenne repose essentiellement sur les rentes minières, les importations de biens et services ainsi que les exportations de produits agricoles vers les pays limitrophes. La fermeture des frontières et les différentes mesures qui y sont associées ont sensiblement réduit le volume des échanges entre la République de Guinée et les autres pays partenaires ” a expliqué M. Richard WATCHIOU. Selon lui, le confinement du grand Conakry n'a pas favorisé la fluidité de l'écoulement de la production agricole vers le grand centre de consommation qu'est Conakry, provoquant ainsi d'énormes pertes au niveau de la population agricole.

Ces effets négatifs ont provoqué une inflation généralisée consécutive à la rareté des produits d'importation, les pertes subies par les producteurs et le gel de l'exportation des produits locaux.

“Les pertes d'emplois et de revenus, ainsi que l'insécurité économique dues à la pandémie de Covid-19, ont sérieusement frappé les familles déjà pauvres. Ce qui a engendré une recrudescence des cas de VAEN (Violence, Abus, Exploitation et Négligence) ayant pour manifestations : exploitation économique des enfants, abus sexuel sur enfant, grossesse des adolescentes, mariage d'enfants.

D’après le Directeur national de SOS villages d'enfants de Guinée, les contraintes que subissent les familles vulnérables, surtout celles qui vivent en quarantaine ou confinées, augmentent la prévalence des violences basées sur le genre surtout les violences domestiques.

M. Richard WATCHIOU avertit que le nombre de cas positifs et de décès dus au COVID-19, rendront  vulnérables un grand nombre d'enfants. ‘’Ils seront exposés à l'exploitation et aux abus sous diverses formes. Cette situation est encore plus aggravée lorsqu'il s'agit des enfants dépourvus d'une prise en charge parentale adéquate ou risquant d'en être privés”, regrette-t-il.

Avec l'apparition du covid-19, plusieurs milliers d'élèves et étudiants ne vont plus à l'école dans le pays depuis le mois de mars 2020. Ce contexte compromet sérieusement le développement cognitif et psychologique des enfants. Ce qui constitue une entrave majeure à la réalisation du droit à l'éducation des enfants, particulièrement ceux ne bénéficiant pas des soins parentaux appropriés, mentionne-t-il.

“Aujourd'hui, à la faveur du Mois de l'Enfant Guinéen, il est important d'appeler l'attention des autorités et des différents obligataires, sur la situation difficile à laquelle les enfants sont confrontés pendant cette période de pandémie de COVID19.  SOS Villages d'Enfants Guinée, se joint à l'Union Africaine en l'occurrence le Comité Africain d'Experts sur les Droits et le Bien-être de l'Enfant, pour exhorter les gouvernants et les différents détenteurs d'obligation à œuvrer à l'accès à une justice adaptée pour les enfants en Afrique’’, a interpelé M. Richard WATCHIOU

Pour SOS Villages d'Enfants, cet accès à une justice adaptée aux enfants  devrait passer entre autres par :

-la prise de conscience des parents en ce qui concerne leur responsabilité vis-à-vis des enfants ;

-la mise en place des cadres législatifs et réglementaires qui font l'obligation aux parents d'assurer en toute responsabilité les compétences parentales en faveur de leurs enfants ;

-l'application effective des lois relatives à l'exercice des compétences parentales par les parents ;

-la mise en place de solutions individualisées et adaptées aux besoins des enfants en particulier, les enfants privés d'une prise en charge parentale adéquate ou courant le risque de la perdre ;

-la mise en place des mécanismes de prévention contre les mauvais placements des enfants dans les centres d'accueil, les orphelins etc.

Avant de terminer son intervention, le Directeur de SOS villages d'enfants a rappelé que ce 23 juin est la date d’anniversaire du fondateur des villages d’enfants SOS, Monsieur Hermann Gmeiner. Cette date est  dédiée à la Journée Internationale des Villages d’enfants SOS.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Mercredi 24 juin 2020 à 14:49