Confidences de Koundouno :"Ce qu’on envisage le 08 juillet pour le départ d’Alpha Condé…"

Interview
Abdourahmane Sanoh, Sékou Kounduno, Ibrahim Diallo, membres de la coordination  du FNDC
Abdourahmane Sanoh, Sékou Kounduno, Ibrahim Diallo, membres de la coordination du FNDC

CONAKRY-Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) projette une manifestation le 08 juillet pour exiger la libération de ses militants incarcérés et empêcher le Président Alpha Condé de se présenter aux prochaines élections présidentielles. A la veille de cette nouvelle mobilisation, Sékou Koundouno, le responsable des Stratégies du FNDC s’est confié à notre rédaction. Dans cet entretien qu’il a accordé à la rédaction d’Africaguinee.com, le chargé des stratégies aborde d’autres questions liées au fonctionnement actuel du FNDC. Interview!

 

AFRICAGUINEE.COM : Depuis quelques temps on constate qu’il y a un certain nombre de jeunes qui dénoncent le fonctionnement de votre structure. Certains parlent de détournements de fonds. Qu’en dites-vous ?

SEKOU KOUNDOUNO : On ne répond pas à ça. Il y a un minimum de choses que nous imposons à la Coordination du FNDC, c’est le caractère investigateur des journalistes. Après un an quatre mois vous devez savoir qui est membre du front et qui ne l’est pas.

Malgré toutes les manifestations que vous avez organisé ces derniers temps et les actions judiciaires que vous avez engagées tant au niveau national que dans les juridictions supranationales, on voit que le Président Alpha Condé déroule bien son agenda comme il l’a prévu. Au-delà de ces actions, quels sont vos projets dans le futur pour empêcher le Président de se présenter aux prochaines élections présidentielles ?

Comme vous le savez déjà, vous avez un chef de l’Etat très affaibli, complétement isolé de la scène sous régionale et internationale qui a décidé de se tourner vers des pays communistes et socialistes qui ne font preuve d’aucune promotion des valeurs démocratiques dans leurs Etats. Cela prouve à suffisance que celui qui avait crié haut et fort dans les années 1990-2000 comme étant le Mandela, l’apôtre de l’alternance démocratique est aujourd’hui dans une théorie dictatoriale et de confiscation des libertés individuelles et collectives qui sont acquises par le souverain peuple de Guinée. Les actions du FNDC en cette période du Coronavirus nous a permis de lancer tout une armada d’actions judiciaires au niveau sous régional et international. Nous avons fait une saisine au niveau du Président de la Commission de la CEDEAO pour lui indiquer les conséquences susceptibles de la violation du droit communautaire en essayant de réviser l’arsenal électoral à trois mois des prochaines élections en Guinée. Nous avons aussi formulé des requêtes au niveau de la commission de l’Union Européenne où déjà le parlement a dressé toute une série des violations systématiques des principes et exigés de l’Etat guinéen.

Je tiens aussi à vous informer que dans les jours qui suivent une autre procédure sera lancée au niveau de la Cour de justice de l’Union Européenne dans ce sens. Des sanctions sont en formulation du côté du parlement de l’Union Européenne également. Au niveau de la CPI, le dossier est suivi par nos avocats Me William Gourdon et Vincent Bringarth et les semaines qui suivent vous verrez une évolution très considérable  dans ces dossiers.

En tout état de cause, les phases qui s’annoncent sont des phases déterminantes et décisives dans la lutte du FNDC. Cette période de pandémie nous a permis de capitaliser ce qui a marché et ce qui n’a pas marché à travers une large consultation. Je puis vous rassurer que nous userons de tous les moyens légaux reconnus par la constitution du mai 2010, par les traités et par les conventions afin d’empêcher monsieur Alpha Condé de se présenter aux élections présidentielles d’octobre 2020 et de transformer cette république en une monarchie dans le seul but de satisfaire son intérêt et l’intérêt de son groupe.

Dr Ousmane Kaba a annoncé récemment qu’il sera candidat à cette élection avec ou sans Alpha Condé. Votre réaction ?

Au niveau du FNDC nous nous sommes résolument engagés à empêcher le 3ème mandat. Donc les questions d’ordre politique ne sont pas traitées à notre niveau, on ne se permet pas de se lancer dans des commentaires dans ce sens. Mais ce qui reste clair, toutes les orientations précises, les programmations sont conçues afin d’empêcher le 3ème mandat pour qu’il y ait l’alternance démocratique et que la Guinée ne puisse pas tomber dans la monarchie ou dans la royauté absolue où le prince qui est au sommet de l’Etat s’accapare de tous les pouvoirs et dicte des orientations et décisions.

Est-ce qu’il y a des sanctions qui sont prévues contre Dr Ousmane Kaba et contre d’autres membres du FNDC qui agiront de telle sorte ?

L’instance habilitée au niveau du FNDC c’est le comité de pilotage et j’estime au moment opportun, ils vont se saisir du dossier mais ce qui reste clair, la vocation essentielle du FNDC reste d’empêcher toute velléité de s’accaparer du pouvoir d’Etat.

Vous avez appelé à des manifestations de rue à Conakry le 8 juillet prochain, quelle va être la particularité de cette manifestation ?

La particularité est que des dispositions en termes des préventions du coronavirus seront au centre de nos préoccupations essentielles. A l’instant où je vous parle il y a une vaste campagne d’information, de mobilisation et de prévention, en respectant les mesures barrières est déjà lancée à Conakry et en province à travers nos structures et d’autres instances informelles.Une campagne de distribution des bavettes est en planification et sera lancé très bientôt afin que chaque manifestant(e) puisse se doter d’un masque et une petite boite du gel Hydro alcoolique.

Un dernier mot ?

Le dernier mot que je lancerai au peuple de Guinée c’est un message de sursaut national, un message de remobilisation. Monsieur Alpha Condé avec son clan ont décidé de transformer la république en une monarchie. Nous avons le choix de nous résigner et de rester éternellement dans cette domination systématique et dans cette élimination aussi systématique de nos libertés, ou de lutter. Même vous déjà au niveau de la presse vous le savez que vous êtes sérieusement menacés. Parce que déjà  la censure est de mise, la loi qui encadre votre profession est en train d’être révisée afin que le parlement et l’exécutif puissent avoir le contrôle total des médias privés et publics.

Quant à nous les citoyens ordinaires, nous avons tout intérêt de freiner l’élan de monsieur Alpha Condé parce que la démocratie tend à disparaitre, son seul et unique but c’est de s’éterniser au pouvoir et faire de la Guinée une monarchie dans laquelle seul le prince et son alentour dirigent le pays à leur vouloir.  On ne peut pas après 60 ans de sacrifices de cette génération et 50 autres années de colonisation, permettre que la Guinée avec toutes ses potentialités et ses richesses, puisse connaitre la misère.

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

 

Créé le Mercredi 24 juin 2020 à 17:50