Réouverture des lieux de culte en Guinée: joie chez les uns, déception chez d’autres !

Religion
Des fidèles dans une mosquées à Labé
Des fidèles dans une mosquées à Labé

Fermés le 26 Mars 2020 à cause de l’épidémie de coronavirus qui frappe le pays, les lieux de culte ont été rouverts ce lundi 22 juin dans plus la grande majorité des préfectures du pays. Chez de nombreux fidèles, on exprime la joie de retrouver le chemin des mosquées et des églises. Par contre dans certaines villes encore touchées par la pandémie, les croyants  n’ont pas connu d’abord ce bonheur. C’est le cas de la commune urbaine de Mamou, les préfectures de Kindia, Coyah Dubreka, Boké et la zone spéciale de Conakry, où les fidèles croyants sont "deçus".

Partout où les mosquées sont ouvertes, les fidèles sont soumis à une batterie de mesures qu'ils sont tenus obligés de respecter. Tour d’horizon.  

« J’avoue que les mosquées nous manquaient. Ici à Labé, tout s’est bien passé avec l’ouverture des mosquées. A la grande mosquée de Labé, des mesures solides ont été prises dans le cadre de la protection. C’est obligatoire de se laver les mains à la rentrée, le port de la bavette est aussi obligatoire, vous venez avec votre tapis, la distance d’un mètre est appliquée. Si vous ratez une seule mesure la commission vous retourne. Pour le moment tout le monde est dans les règles. C’est les instructions données par le grand-imam de Labé. L’autre mesure dès l’appel du muezzin on prie et on quitte vite la mosquée » explique Sally Alpha Tounkara muezzin à la grande mosquée de Labé.

Le grand imam de n’Nzérékoré, Elhadj Oumar Cissé ne cache pas sa satisfaction de voir les fidèles  retourner à la mosquée après près de 3 mois de fermeture. « Les fidèles musulmans sont très contents à n’Nzérékoré. Les ligues islamiques ont fait des sensibilisations sur le comportement à adopter. Donc nous sommes vraiment dépassés par la joie, les musulmans n’ont pas un lieu de rencontre plus que la mosquée. Durant toute la période de la fermeture, nous étions peinés. Nous prions Dieu de faire disparaitre cette pandémie » prie Imam Oumar Cissé

A Dalaba, la joie est aussi immense chez les autorités religieuses : « nous sommes très contents pour l’ouverture des mosquées, il nous reste une joie c’est d’apprendre que la pandémie est complétement rayée sur la terre. Nous avons véhiculé des messages partout pour le respect des consignes afin d’éviter tout contact. Les élèves du lycée et leurs maitres sont venus laver proprement les mosquées. Donc nous suivons tout à la lettre. Si tout le monde respecte les mesures, je pense qu’on n’aura pas de problèmes », explique Elhadj Sarifou Dalaba, l’inspecteur préfectoral de Dalaba.

A Kankan également, les mosquées ont été rouvertes. Les fidèles sont soumis au respect des mesures barrières. L’Etat a fait ce qu’il peut, mais maintenir les mosquées ouvertes reviennent aux citoyens à travers le respect des consignes, déclare un citoyen du quartier Dalako.

A Mamou, c’est seulement dans les sous-préfectures que les mosquées ont rouvert. Une situation que regrette un responsable religieux de cette ville. « Contrairement aux autres villes, à Mamou c’est les communes rurales qui ont connu la réouverture des mosquées. Le centre urbain n’a pas ouvert encore à cause des quelques cas qui avaient été importés ici. Aujourd’hui nous sommes à zéro cas sur place même les personnes en quarantaine ont fini leur période. Ils sont sortis nous attendons de voir si les autorités vont nous permettre d’ouvrir les mosquées » précise ce religieux.

Dans les villes comme Kindia, Coyah, Boké, Conakry, Boké, les croyants sont toujours sevrés des lieux de culte.

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 23 juin 2020 à 21:27

TAGS