Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel : Les acteurs du projet SWEDD tiennent leur comité extraordinaire

Publireportage
La ministre du Plan et du développement économique, Mama Kany Diallo
La ministre du Plan et du développement économique, Mama Kany Diallo

DAKAR-Le Comité Régional de Pilotage du Projet Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) a tenu ce lundi 8 juin 2020 un comité extraordinaire sous la Présidence de la Côte d’Ivoire.

Au cours de cette réunion virtuelle, les ministres des pays membres du projet SWEDD, les représentants de la Banque mondiale, de l’UNFPA, de l’OOAS et les représentants de la société civile et du secteur privé tels que McKinsey, Population Council, Promundo US ont discuté autour du thème : ‘’Autonomisation des femmes comme stratégie intégrée des plans de riposte contre la COVID-19 : perspectives pour le programme SWEDD’’.

Eu égard aux contraintes imposées par la situation persistante de la COVID-19, le Comité régional de pilotage (CRP) a ouvert une plateforme d’échanges virtuelle entre les pays et leurs partenaires. Ce cadre d’échange va permettre d’évaluer les efforts à réaliser pour accompagner la reprise des cours, l'activité économique dans les communautés démunies, où la prévalence des mariages d'enfants et autres violences sexistes, et des grossesses chez les adolescentes est la plus élevée. Cette plateforme favorisera également le partage de bonnes pratiques et les partenariats stratégiques avec les organisations de la société civile et le secteur privé afin d’amplifier, intensifier et reproduire les expériences réussies dans la lutte contre la pandémie ; la prise en charge de la vulnérabilité des filles et des jeunes femmes,  la reconstruction économique et l’autonomisation des femmes.

Du côté de la Guinée, madame la Ministre du plan et du développement économique a fait le point sur les avantages que son pays pourra bénéficier grâce à ce projet.

« Grâce à ce projet, la Guinée a bénéficié d’un financement assez important qui est de 60 millions de dollars. Ce montant va nous permettre de faire non seulement une jonction entre l’autonomisation des femmes mais aussi une jonction dans l’effort de réduction de l’impact de la COVID-19 sur l’économie guinéenne », a laissé entendre Mama Kanny Diallo à sa sortie de cette réunion virtuelle.

L’objectif de ce projet est de soutenir les familles et les personnes affectées, les personnes à risque et les victimes en matière de prévention et de prises en charges des impacts sociaux de la COVID-19. La Ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance qui a également participé à cette réunion virtuelle a expliqué que ce projet comporte plusieurs axes.

« Ce plan s’articule autour de cinq aspects. Nous avons la promotion des gestes barrières, la protection des personnes à risques notamment les femmes et les filles victimes d’inégalités et des violences. L’autre axe c’est le soutien psycho social, le quatrième aspect c’est la solidarité, la résilience et la fin c’est la coordination. C’est cela que nous sommes en train de faire au département pour réduire les inégalités de la COVID-19 et aussi nous projeter dans l’avenir en ciblant justement nos activités qui cadrent avec la résilience », a expliqué la ministre Mariama Sylla.

Cette rencontre a également servi de cadre pour le lancement de la campagne Stronger Together : Mon autonomisation, mon avenir. Même en temps de crise! Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les communautés, les parents, les enseignants et toutes les parties impliquées dans la prise en compte de la situation particulière des adolescentes, de l’urgence dans la continuité des services d’éducation, de la mise en place des espaces sûrs pour les jeunes filles et pour la prévention et prise en charge des cas de violences basées sur le genre. Des conférences de presse virtuelle avec les Ministres auront lieu à la suite de la réunion annuelle dans tous les pays.

Le Conseiller principal du ministre de la santé a annoncé que son département s’est fixé un objectif à atteindre pendant et après cette crise liée au Coronavirus. Selon Dr Mohamed Yansané, le ministère de la santé a établi un plan de continuité des services qui ira au-delà même de la fin de cette crise sanitaire.

« Au niveau de notre département nous avons deux grands volets dans le cadre de ce projet. Le premier c’est de voir comment nous débarrasser de cette maladie de la COVID-19 mais le plus important c’est comment on peut assurer la continuité de tous les autres services parce que si on regarde les statistiques, la COVID-19 n’a tué qu’une vingtaine des personnes en Guinée mais depuis trois mois beaucoup d’autres affections ont pu tuer beaucoup d’autres personnes également. C’est dans ce cadre donc que nous avons établi un plan de continuité des services afin que les femmes et les filles et la population en générale puissent bénéficier des services pour toutes les autres maladies. Pour cela, nous nous sommes fixés un certain nombre d’objectifs. D’abord c’est voir comment protéger les patients et le personnel soignant dans les hôpitaux afin d’éviter que les malades désertent les structures sanitaires », a aussi annoncé Dr Mohamed Yansané.

Lancé en novembre 2015 avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’Organisation Ouest Africaine pour la Santé (OOAS), le projet SWEDD vise globalement à accélérer la transition démographique, à déclencher le dividende démographique et de réduire les inégalités de genre dans la région du Sahel. Il s’agit de créer une demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle (SRMNIN) en favorisant le changement social. Y compris pour l’abandon des pratiques socioculturelles nocives à l’expression du potentiel des adolescentes, et l’autonomisation des femmes et filles, de renforcer les capacités régionales.

Cet objectif vise à améliorer l’offre en produits de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle et en personnel qualifié et à renforcer le plaidoyer la concertation de haut niveau mené dans le cadre du projet et les capacités pour l’élaboration des politiques et la mise en œuvre du projet.

Le projet SWEDD couvre désormais neuf pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Guinée, le Cameroun).

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Mardi 09 juin 2020 à 17:21