Couvre-feu : Sorti pour l’accouchement de sa femme, il se fait braquer par des agents à Hamdallaye

Exactions policières à Conakry
Un véhicule de la BAC
Un véhicule de la BAC

CONAKRY-Les exactions nocturnes contre des citoyens se multiplient à Conakry en marge du couvre-feu instauré par le président Alpha Condé !

Un citoyen vient de payer les frais à Hamdallaye. Alors qu’il était parti accompagner sa femme à l’hôpital pour accoucher, un citoyen a eu le malheur de croiser des éléments de la brigade anti criminalité numéro 4 à Hamdallaye pharmacie. Il accuse ces agents de lui avoir retiré de l’argent, violenté, puis enfermé toute la nuit.

Dans la nuit du mardi 19 mai 2020, un citoyen habitant au quartier Hamdallaye, dans la commune de Ratoma a été arrêté et emprisonné par des agents de la Brigade anti criminalité (BAC 4), alors qu'il était parti accompagner sa femme qui devrait accoucher dans une clinique de la place. Ramadan Diallo communément appelé Yâ-raramadane a été arrêté et jeté en prison alors qu'il faisait des courses entre sa maison et la clinique où était admise son épouse en état de famille.

“Dans la nuit de mardi 19 mai, j'ai été violenté par la BAC4 de Hamdallaye Pharmacie. Ma femme était en phase d'accoucher, elle a été envoyée dans une clinique d'à côté. C'était dans les bandes de 23h et quelques. Alors je faisais des courses pour aller prendre du matériel indispensable à la maison, à mon retour, j'ai trouvé ces agents de la BAC4 à la pharmacie. Ils (agents ndlr) m'ont interpellé. Je leur ai expliqué que ma femme est sur le point d'accoucher et elle se trouve dans une clique. J’étais en train  de faire des courses pour me rendre là-bas. Malgré mes explications et des doléances, ils n'ont pas voulu comprendre. Ils ont braqué leurs armes sur moi et le motard qui me conduisait et m'ont jeté dans leur pickup. Ils m'ont envoyé à leur base. Je suis resté enfermé là-bas tout le reste de la nuit. Le matin un des leurs est venu me fouiller, il a trouvé 815. 000 GNF (huit cent quinze mille francs guinéens) dans une de mes poches. Il a retiré une somme de 400 000 GNF (quatre cent mille francs guinéens) avant de me libérer avec le petit”  témoigne Ramadane Diallo qui est également activiste.

Dans la prison où il a été enfermé, Ramadan déclare avoir trouvé quatre autres jeunes arrêtés dans les mêmes circonstances. Ceux-ci ont passé plusieurs nuits dans cette geôle. C'est pour cette raison, il sollicite auprès du Chef de l'État de revoir cette décision instaurant le couvre-feu afin de limiter des pertes en vies humaines,  

“Je lance un appel au gouvernement et surtout au Chef de l'État de revoir cette mesure de Couvre-feu. Ils doivent ajouter certaines dispositions d'exception pour les populations ” préconise l'activiste qui confie que sa femme a accouché dans de bonnes conditions.

“Dieu merci ma femme a accouché à mon absence sans rencontrer des difficultés majeures. Mais imaginez si je devrais aller à la pharmacie pour acheter un sérum qui va la sauver, mais elle allait mourir à cause de mon arrestation. Le couvre-feu a été instauré pour le covid-19, mais je vous assure que c'est une mesure qui fait de victimes plus que le Coronavirus  ”, regrette Ramadane Diallo.

Faut-il rappeler qu’il y a une semaine, une femme a accouché en pleine rue la nuit à Conakry à cause du couvre-feu qui a été imposé pour cause du Covid-19.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28

Créé le Jeudi 21 mai 2020 à 15:35

TAGS