Faut-il envisager un retour de Bah Oury à l’UFDG ?

Politique
BAH Oury et Cellou Dalein Diallo se saluant lors d'une manifestation du FNDC à Conakry
BAH Oury et Cellou Dalein Diallo se saluant lors d'une manifestation du FNDC à Conakry

CONAKRY-Après son départ de l’UDD, Bah Oury envisage-t-il  un « come-back » à l’UFDG ? Quels sont ses ambitions politiques futures ? L’opposant a répondu aux questions d’Africaguinee.com.

 

AFRICAGUINEE.COM : Que comptez-vous faire après avoir décidé de tourner la page de l’UDD ?

BAH OURY : Ce qui s’est passé ces derniers jours, c’est simplement la restitution du logo et du sigle au fondateur du parti, comme il l’a réclamé. A partir de là, nous continuons à faire vivre notre projet politique. Dans les prochains jours ou semaines, nous allons prendre les dispositions pour trouver l’habillage institutionnel qui fera en sorte que nous soyons en conformité avec la charte des partis politiques et la loi en la matière. Il n’y a aucun changement en ce qui concerne les perspectives et nos intentions.

D’ailleurs c’est devenu une grande opportunité d’aller dans le sens que nous avions toujours voulu. C'est-à-dire fédérer, rassembler les guinéens autour d’une institution politique qui pourrait  constituer l’alternative nécessaire dans cette période assez difficile que connaît le pays. Donc, nous sommes en train de travailler, il n’y a pas de péril en la demeure. Je pense que ce que nous pourrons mettre en valeur sera encore beaucoup plus fort et beaucoup plus consistant que ce qui a été fait auparavant.

Voulez-vous dire qu’un éventuel retour à l’UFDG est carrément exclu ?

Par rapport à ce parti que j’avais fondé il y a plus de trente ans avec d’autres, j’ai dit que la page est tournée et de manière irrévocable. Cela ne veut pas dire que je jette une pierre aux militants et aux responsables de ce parti. Mais dans le contexte actuel et dans le cheminement de nos idées, nous pensons que nous serons beaucoup plus utiles au pays en cheminant de la manière la plus autonome à travers un nouveau cadre institutionnel que nous allons mettre en œuvre et qui pourra permettre à la société guinéenne d’avoir un encrage institutionnel et politique beaucoup plus fédérateur, rassembleur et innovant. En ce sens qu’aujourd’hui nous devons changer de paradigme pour répondre à la nécessité d’une période historique très troublée. Ça nous ne pouvons pas le faire ailleurs, nous devons le faire par nous-mêmes et pour nous-mêmes avec ceux et celles qui sont en phase avec les idées que nous professons.

En dépit de tout ce qui s’est passé, certains militants réclament pourtant votre retour au sein de l’UFDG où vous auriez encore votre place…

Il est difficile de faire marche arrière lorsque le processus est marche. On sera beaucoup plus utile et efficace en continuant le processus qui est déjà engagé. Mais cela ne veut pas dire que nous ne ferons pas prospérer dans le futur un partenariat stratégique et politique avec l’UFDG ou avec d’autres formations politiques qui, aujourd’hui sont à l’opposé de ce que nous voulons. C’est ça la nature de la vie politique. Il faut avoir une grande flexibilité et faire prévaloir les intérêts principaux du moment et aller ensemble pour continuer à faire en sorte que la Guinée puisse de manière idoine régler ses problèmes par le débat politique intelligent.

Je pense que dans l’avenir, avec la façon dont nous allons faire émerger une nouvelle institution politique, nous créerons l’ambiance dans ce pays qui permettra de réconcilier la politique avec le citoyen sans  pour autant avoir des antagonismes entre des gens qui peuvent être de bords politiques différents. La vie politique va se civiliser, elle va se normaliser à l’avenir. Et nous travaillons dans ce sens. Donc, il n’y a pas d’animosité avec qui que ce soit, et nous allons bâtir un pays, une société et faire émerger une gouvernance où la Guinée sera réellement démocratique. C’est notre ambition, c’est notre rêve et avec l’aide de Dieu, nous allons y parvenir.

A suivre…

Propos recueillis par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 19 mai 2020 à 15:04

TAGS