Covid-19 en Afrique de l'Ouest: Ce que l’ONU préconise pour endiguer la pandémie

Pandémie de Covid 19
Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spéciale du Secrétaire General de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel et Mabingue Ngom, Directeur régional, Bureau régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale
Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spéciale du Secrétaire General de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel et Mabingue Ngom, Directeur régional, Bureau régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale

DAKAR-La progression de la pandémie de Coronavirus inquiète les organismes des Nations Unies en Afrique de l'Ouest et du Centre. Ce mercredi 29 avril, les membres du Comité exécutif des directeurs régionaux Groupe de développement durable des Nations Unies pour l'Ouest (R-UNSDG-WCA) ont organisé une conférence de presse virtuelle axée sur le Covid-19,  à laquelle votre quotidien en ligne Africaguinee.com a pris part. Le but est de  faire le point sur l'évolution rapide de la pandémie de coronavirus (COVID-19) dans la région et des réponses qu’il faille apporter pour la vaincre.

L'Afrique de l'Ouest et du Centre est confrontée à la plus grande épidémie de santé depuis l'épidémie d'Ebola en 2014-2016. Tous les pays de la région ont des cas confirmés.  Au 23 avril, il y avait 7 840 cas confirmés, plus de 210 personnes sont décédées et 2 261 guéris. Plus de 5 396 sont encore sous traitement. Cette situation préoccupante interpelle les organismes des Nations-Unies qui pensent qu’il est nécessaire de mener une action concertée à l'échelle mondiale et d'accorder une plus grande attention aux personnes déjà rendues vulnérables par la pauvreté et les crises humanitaires dont beaucoup vivent dans cette région.

« La pandémie de Covid-19  a bouleversé le monde, son impact est multiple est complexe. L’Afrique et notre région ne sont pas épargnées », a constaté Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spéciale du Secrétaire General de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

La pandémie de Covid-19 menace non seulement le développement, mais amplifie également les risques d’instabilité, de troubles et de conflits, indique M. Chambass, citant le Secrétaire Général M. Antogno Guteress.

Les projections de la commission Economique des Nations-Unies pour l’Afrique montre que cette crise sanitaire entravera davantage la capacité déjà fragile des pays de la sous-région à fournir les services de bases (…) et à répondre aux menaces nationales et régionales contre la paix et la sécurité,  a averti le Représentant Spéciale du Secrétaire General de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

« Il est vital d’endiguer cette pandémie afin d’éviter l’aggravation de la situation humanitaire déjà désastreuse, en particulier dans le sahel et le bassin du Lac Tchad. La solidarité de tous les acteurs est le socle d’une réponse coordonnée et efficace », a déclaré Mohamed Ibn Chambas.

Depuis le début de la pandémie, les agences des Nations-Unies travaillent avec les gouvernements pour faire en sorte que la région soit bien préparée à réagir pour contrer la maladie à Coronavirus. Avec comme priorités de sauver des vies,  protéger les personnes et continuer à répondre aux urgences humanitaires, comme le prévoit  le plan mondial de réponse au Covid-19 dirigé par le système des Nations-Unies.  

L’augmentation du nombre de cas de Covid-19 en Afrique de l’Ouest et du Centre, une région déjà confrontée à de nombreux défis en matière de sécurité, de développement et d’aide humanitaire suscite une inquiétude croissante, souligne pour sa part Mabingue Ngom, Directeur régional, Bureau régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.  

« Nous pensons que toute réponse à  cette crise nécessite une attention soutenue et des soutiens techniques et des partenariats innovants pour mobiliser les ressources nécessaires à l’intervention sanitaire immédiate, mais également faire face à l’impact social et économique qui pourrait toucher encore plus de personnes », a affirmé M. Ngom.  

Il prévient que la réponse à l’épidémie de Coid-19 ne doit pas être faite au détriment des programmes et activités en cours. La stabilisation dans la région sur le plan de la sécurité, comme sur le plan économique doit rester une priorité, relève le Directeur du Bureau régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.  

La pandémie de Covid-19 fragilise les économies  et menace la sécurité des pays d’une région déjà fragile. Conscientes de cet état de fait, les agences des Nations-Unies ont planché sur un cadre socioéconomique de réponse qui comprend cinq axes de travail. Il vise à protéger les besoins et les droits des personnes qui subissent les contraintes de la pandémie. Une attention particulière  est accordée aux pays, aux groupes et aux personnes les plus défavorables qui risquent d’être laissé pour compte. Il s’agit de veiller à ce que les services de santé essentiels soient toujours disponibles et protéger les systèmes de santé eux-mêmes. Ensuite, aider les personnes à faire face à l’adversité grâce à la protection sociale et aux services de bases.

« Nous pensons que nous devons protéger les emplois, soutenir les petites et moyennes entreprises ainsi que les travailleurs du secteur informel en adoptant des programmes de relance économique. Nous devons orienter l’impulsion nécessaire en matière de relance budgétaire et financière de manière à ce que les politiques macroéconomiques profitent aux plus vulnérables, mais renforcer les interventions multilatérales et régionales. Il importe aussi de promouvoir la cohésion sociale et investir dans des systèmes de résilience et de réactions dirigées par les communautés », a développé Mabingue Ngom.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 30 avril 2020 à 15:40