Guinée/Alpha Condé s’énerve: "Ça ne va pas ! la façon dont nous gérons n’est pas bonne…"

Politique
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY-Le Président Alpha Condé est très en colère ! Le Chef de l’Etat s’énerve contre la façon dont les autorités sanitaires sont en train de gérer l’épidémie de Coronavirus qui continue son expansion en Guinée avec un dernier le bilan de 438 cas positifs.

Ce jeudi 16 avril 2020, le président de la République a tapé du poing sur la table devant le corps médical et autres acteurs impliqués dans la lutte contre le Coronavirus. Le ton employé par Alpha Condé était martial. Pour lui, ça ne va pas du tout. D’où la nécessité de changer de cap pour éviter la catastrophe qu’il craint sérieusement, à ce stade.  Extrait.

« Il faut qu’on se dise la vérité. Il faut associer toutes les capacités qui peuvent se battre, mais sincèrement, on ne nous dit pas la vérité.  Notre situation va être pire alors qu’on était à un niveau beaucoup meilleur parce que tout le monde disait que la Guinée a l’expérience d’Ebola, ça va nous aider. Ce n’est pas le cas actuellement. Il faut qu’on se dise la vérité. Chaque fois je dis qu’on faut associer le maximum (de forces), mais c’est non. Or,  moi je reçois des critiques. Quelqu’un qui est positif ne peut pas aller dans un taxi.

Aujourd’hui on ne fait que monter. Nous sommes à 400 cas. A ce rythme-là où on va ? On me dit oui d’accord, c’est parce qu’on a fait beaucoup de tests ces derniers temps. Mais il se trouve aujourd’hui, qu’il y a des gens, par exemple le militaire qui est mort, comment il a eu la maladie. On est en train de passer à un stade très grave où on passe des contacts des gens qui sont venus en Europe à un stade communautaire. Et bientôt on arrive à la saison des pluies. Il faut qu’on se dise les quatre vérités et qu’on mette toutes nos forces médicales en action. Que ça ne soit plus seulement un groupe, mais tous les gens qui peuvent travailler. Cela doit être très clair, sinon, on va à la catastrophe.

On a commencé avec un cas, deux,  trois aujourd’hui on est à plus de 400 cas. C’est extrêmement grave. Il faut qu’on se dise la vérité. Ça ne va pas ! Sincèrement. La façon dont nous gérons n’est pas bonne. Et j’ai toujours dit qu’il faut associer le maximum. Il y a beaucoup de bonnes volontés qui peuvent participer ».

 

Une synthèse de Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112  

Créé le Vendredi 17 avril 2020 à 10:49