Pouvoir et opposition menacent: l’affrontement inévitable le 22 mars en Guinée?

Référendum Constitutionnel
Cellou Dalein Diallo, Alpha Condé, Sidya Touré, photomontage Africaguinee.com
Cellou Dalein Diallo, Alpha Condé, Sidya Touré, photomontage Africaguinee.com

CONAKRY- La confrontation semble inévitable en Guinée le 22 mars 2020, jour prévu pour la tenue du double scrutin controversé "législatif et référendaire".

Alors que les principaux partis d’opposition ayant opté pour le boycott des deux scrutins ont promis d’empêcher les élections, le parti au pouvoir remobilise ses militants. Ce samedi 14 mars 2020, le RPG arc-en-ciel a demandé à ses partisans de ne pas "céder à la peur".

« Nous allons faire en sorte que les guinéens se lèvent pour qu’il n’y ait pas d’élection le 22 mars 2020 », a averti ce vendredi  dans la soirée, Sidya Touré au nom des partis de l’opposition. Du berger à la bergère, le parti présidentiel a répliqué ce samedi, demandant à ses partisans d’appliquer la stratégie déjà adoptée par le parti pour la sécurisation des bureaux de vote.

Lire aussi: L’opposition répond à Alpha Condé: "Nous allons empêcher les élections..."

« Le 22 mars nous allons voter pour le OUI pour la nouvelle Constitution. Ce que nous devons faire pendant les cinq jours de campagne, c’est d’apprendre à nos militants comment voter (…) nous avons arrêté ensemble des stratégies de sécurisation des bureaux de vote. Ces stratégies doivent être respectées le 22 mars. Dans chaque secteur, les jeunes choisis pour la sécurisation des bureaux de vote doivent être prêts pour assurer cette sécurité. Que personne n’ait peur ce jour-là de sortir. Nous devons montrer au monde entier  que la Guinée veut d’une nouvelle Constitution et le peuple de Guinée est derrière le Pr. Alpha Condé », a martelé M. Sékou Condé, secrétaire permanent du RPG-arc-en-ciel.

Pendant ce temps, la Commission Electorale Nationale Indépendante appuyée par le département de l’administration du territoire s’organise avec l'USSEL (Unité Spéciale de Sécurisation des Élections) afin d’avoir avoir une cartographie de la sécurisation des élections avant, pendant et après.

Dans ce contexte de bras de fer tendu entre pouvoir et opposition, à une semaine des élections, l’affrontement semble inévitable le 22 mars.

Affaire à suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Samedi 14 mars 2020 à 18:54